Choix du secteur :
Se connecter :
 

La ville de Morteau organise une réunion publique le lundi 16 octobre. Elle portera sur les résultats de l’évaluation de l’expérimentation qui a été mise en place en octobre 2022 sur l’extinction nocturne de l’éclairage public sur une grande partie du territoire. L’objectif était alors de faire des économies et de mener une politique plus responsable en la matière. Le rendez-vous est fixé, à 19h30, à la salle des fêtes de Morteau. Il est encore possible de réponde aux questionnaires mis en ligne en se rendant sur le site : www.morteau.org

Une bonne nouvelle en provenance du Val de Morteau. Morteau est devenu officiellement « Le plus beau centre-ville commerçant de France 2023 » dans la catégorie « Ville de moins de 10.000 habitants »,  en arrivant ex-aequo avec une ville des Pays de la Loire.  L’association des commerçants a su rassembler et mobiliser autour d’elle, notamment sur les réseaux sociaux.

La remise des prix a eu lieu à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Nancy où une délégation mortuacienne était présente. Le collectif espère bien conserver ce titre. Cela passe notamment par un riche programme d’animations. La période de Noël en fait partie.

La ville de Morteau et son maire font savoir que les examens d’échographie vont pouvoir reprendre au cabinet de radiologie, situé dans l’enceinte du Centre hospitalier Paul Nappez de Morteau.

 Ces actes d’échographie seront réalisés par le groupe DIMEO Imagerie Médicale et proposés chaque mardi à compter du 8 août. Un secrétariat médical dédié sera installé à proximité de la salle d’examens, au niveau du hall d’accueil central du rez-de-chaussée du bâtiment de Médecine. Les prises de rendez-vous peuvent s’effectuer en appelant directement les cabinets de DIMEO Imagerie Médicale de Pontarlier au 03 81 39 06 11 ou de Valdahon au 03 81 56 20 20.

« Cette offre constitue une première étape préalable à la réalisation des grandes opérations de travaux nécessaires à l’installation d’une nouvelle activité de radiologie permanente au sein de l’hôpital de Morteau » explique le communiqué de presse.

A Morteau, la 8è édition du concours de peinture et de dessin dans la rue, « Vision d’artistes » se rendra le samedi 26 août, dès 8h30, à la salle des fêtes. Cet évènement est proposé par l’association « Cités de Caractère de Bourgogne-Franche-Comté », à laquelle la cité du Haut-Doubs appartient.  Il consiste à réaliser une œuvre en une journée sur le périmètre de la cité. La thématique est libre, pourvu qu’elle s’inspire du patrimoine de la commune et de ce qui fait son caractère.

L’inscription est gratuite. Le règlement, ainsi que les bulletins d’inscription, sont disponibles en Mairie, au secrétariat auprès de Catherine Bourgeois ( Tel : 03.81.68.56.54. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..).

Demain, vendredi 23 juin, de 9h à 16h, la Ville de Morteau, labellisée Terre de Jeux 2024, et la Communauté de Communes du Val de Morteau, organisent les mini JO du Val de Morteau. L’évènement se déroulera à la plaine des sports et des loisirs à Morteau.

300 enfants de CM2 des écoles primaires du Val de Morteau pratiqueront huit sports. Au programme : handball, football, rugby, gymnastique, badminton,… . Ils découvriront également  le goal ball, une discipline paralympique. Ces jeunes sportifs seront encadrés par des collégiens inscrits au projet Destination Paris 2024.

Ce samedi et ce dimanche, la Ville de Morteau célèbre les 50 ans de jumelage avec la Ville allemande de Vöhrenbach. A cette occasion, la population est invitée à participer au défilé, programmé à 17h. Il partira du parking du collège pour rejoindre l’Escale, par la grande rue et la rue Payot. Dimanche, la cérémonie patriotique, qui se tiendra à 10h30, place du 24 août 1944, se poursuivra par le renouvellement du serment du jumelage, à 11h, sur la place de l’Hôtel de Ville.

A compter de ce jeudi 23 mars, et jusqu’au 25 mars, la Ville de Morteau et la médiathèque organisent la 27è édition de la fête du livre. Tout au long de ces trois jours, des animations, des ateliers et des rencontres avec les auteurs-illustrateurs sont proposés. Ils sont six cette année. Le rendez-vous est fixé à la salle des fêtes de Morteau. Entrée libre et gratuite. Pour obtenir de plus amples informations, il est possible de joindre la médiathèque de la ville  au 03.81.68.56.88  

On peut déjà parier sur le succès de cet ouvrage. Les Mortuaciens Martial Bournel Bosson, Patrice Mazotti et Jacques Vuillemez préparent un livre sur la tradition des conscrits à Morteau. Un ouvrage, truffé d’anecdotes et de photographies, qui retracera toutes ces années, mettra en lumière ses acteurs et déclinera cette richesse historique locale.

Née en 1798, cette tradition est célébrée tous les ans. Morteau fait partie des communes où elle est particulièrement ancrée. Toutes les générations ont une anecdote à raconter. Depuis plus de deux siècles, elle anime le territoire et fait se rencontrer toutes les générations. Elle est aussi un héritage que l’on se passe au fil du temps. « C’est grâce aux conscrits que j’ai pu découvrir une photographie de mon arrière-grand-père » explique Martial Bournel Bosson.

Une tradition française et mortuacienne

Cette tradition date du service militaire. Malgré sa suspension, en 1997, l’évènement perdure. Il permettait aux jeunes d’une même génération de défiler dans les rues avant de s’engager sous les drapeaux de la nation française. En fonction des villes, il se vit différemment. A Morteau, tous les ans, en février, les jeunes de 20 ans prennent possession de la ville le temps d’une journée. Ils sont accompagnés d’une mascotte.  L’année 2023 ne dérogera pas à la règle.

« Les conscrits ça ne raconte pas, ça se vit »

C’est tout cet état d’esprit que les trois auteurs ont envie de faire revivre. Conter cette belle tradition, sous les angles historique et festif. Photos et anecdotes défileront à leur tour au fil des pages. Pour financer ce sympathique projet, une cagnotte est en ligne : https://fr.ulule.com/conscrits-morteau/   En fonction du financement obtenu, les responsables prévoient, en plus de publier le livre, d’éditer une série d’affiches collector et  monter une exposition.

L'interview de la rédaction : Martial Bournel Bosson

 

Lancée en 2014, la réhabilitation de l’ancien site de la Fabi, acquis par la Ville de Morteau, a trouvé son épilogue. Cet espace laissé vacant par la société, devenue aujourd’hui Plastivaloir, va enfin pouvoir amorcer une deuxième existence. Après avoir été déconstruits, les bâtiments et les espaces associés vont laisser place à de nouveaux usages. Rencontre avec Cédric Bole, le Maire de Morteau.

Cette friche industrielle, située au centre-ville, à proximité de l’hôpital et du lycée, se décline en deux terrains de 3500 m2 chacun et d’un bâtiment, une ancienne métrologie, d’environ 900 m2. « On a vu le potentiel important du site » explique Cédric Bole. Concrètement, sur le terrain, où une déconstruction des anciens bâtiments a été réalisée, la cité veut tout d’abord y créer un parking de plus de 70 places. « L’objectif est d’accompagner à la fois le développement de l’hôpital et  les besoins de l’entreprise proche et du lycée ». L’opération prévoit également la création d’un hôtel d’entreprise. « Le projet est en cours de finalisation au niveau des plans et de l’appel à projets ». « Nous souhaitons y accueillir de nouvelles entreprises en développement et un pôle de formation,  sur un espace de 2500 m2 de foncier » explique l’édile. Enfin, l’ancienne métrologie sera rachetée par une entreprise industrielle qui s’implantera localement.

Cédric Bole explique qu’il s’agit « d’un investissement très important ». Tout en précisant qu’une une subvention de 600.000 euros, émanant de l’état, dans le cadre du fond friche, a été consentie. Pour la Ville de Morteau, ce projet se réalise dans le respect des enjeux environnementaux du moment.  « Le développement de notre ville ne doit pas s’effectuer sur un étalement urbain, mais en reconstruisant et en occupants des espaces en friche ou à réhabiliter » conclut M. Bole.

L'interview de la rédaction / Cédric Bole

 

Jusqu’au 29 octobre, Morteau vit au rythme de son festival du film. Il s’agit cette année de la 4è édition de cet évènement culturel, qui propose pas moins de 20 films à l’affiche. En cette période ou le 7è art connaît quelques difficultés en termes de fréquentation, cette initiative est la bienvenue.

Durant ces plus de dix jours de programmation, plusieurs séances sont proposées dans les deux cinémas de la ville : l’Atalante, classé art et essai,  et le Paris. La programmation invite au voyage, mais elle se veut la plus large possible. Ainsi, le public a pu apprécier « sans filtre », une comédie satirique,  la dernière Palme d’Or du festival de Cannes. Cette semaine, deux autres découvertes, primées   à Cannes,  sont proposées : « Eo » et « Tori Lokita ».

Tout le monde devrait y trouver son compte. Pour tout savoir sur la programmation, rendez-vous sur les sites internet de la Ville et de la MJC de Morteau.

L'interview de la rédaction / Maria Mathias, responsabke de l'évènement et programmatrice au cinéma l'Atalante.