Choix du secteur :
Se connecter :
 


La bonne nouvelle est tombée en milieu de semaine. Elle a sans doute apporté un bol d’oxygène à ces professionnels. La baguette française est désormais inscrite au patrimoine immatériel de l’humanité. Damien Vauthier, le président de l’union patronale de la boulangerie du Doubs, y voit une reconnaissance du savoir-faire artisanal français.

En accordant cette distinction, l’UNESCO reconnaît les caractéristiques si particulières de ce produit hexagonal. Son croustillant, sa mie aérée, alvéolée et son aspect brunâtre lui confèrent une qualité comme nulle autre pareille. Les boulangers de France espèrent séduire une nouvelle clientèle.

Malgré cet enthousiasme, personne n’oublie que les boulangers de France souffrent actuellement. Les coûts des matières premières et de l’énergie ont un impact direct sur la santé de leur entreprise. Délicate situation entre des tarifs majorés et le souci de préserver le pouvoir d'achat  de la clientèle.

L'interview de la rédaction / Damien Vauthier

Au cours du super comice de Pontarlier, une remarquable exposition, qui a vu le jour grâce à l’équipe des Archives Municipales de Pontarlier, Jean-Pierre et Michel Gurtner et Philippe Marguet est proposée à la Chapelle des Annonciades.

Construite autour d’écrits d’époque, de photographies et d’une vidéo, elle plonge le visiteur dans l’évolution de la manière de faire les foins au pays de l’AOC Comté. Les angles de la mécanisation et de l’évolution socio-économique ont été choisies par les concepteurs. On y voit l’évolution des machines, des fermes, des paysans, des procédés pour le séchage et le stockage… . Entre la faucille et le tracteur équipé de faucheuse, les outils, les techniques et les hommes n’ont cessé d’évoluer. Le métier a bien changé.

C’est donc tout ce progrès technologique, cette modernité dans le temps et ce regard différent sur le métier que nous conte cette exposition. Un regard bienveillant, nostalgique et contemporain qui ne manquera pas de susciter l’intérêt de ceux qui ont envie de redécouvrir l’évolution de la fenaison d’hier à aujourd’hui.

L’exposition « fenaison d’hier à aujourd’hui » est à découvrir jusqu’au 13 novembre. A noter que les dimanche 6 et 13 novembre, la chapelle des Annonciades accueillera une pièce de théâtre, jouée par la compagnie le Filépat, qui revisitera, à sa manière, cette évolution des foins.

L'interview de la rédaction / Jean-Pierre Gurtner

C’est un évènement très attendu dans le Saugeais. Ce dimanche, la commune de Montbenoît accueille la traditionnelle journée des citoyens d’honneur de la République. Sous la forme d’un banquet, toutes les personnes qui le souhaitent peuvent participer à cet événement. Cette année, huit nouvelles personnes seront intronisées.

Depuis 1971, date à laquelle cette cérémonie a été décrétée par Gabrielle Pourchet, qui a porté l’écharpe de nombreuses années, ce sont environ 500 personnes qui font partie de ce cercle d’hommes et de femmes qui ont participé à la mise en valeur de ce territoire du Haut-Doubs. Rappelons que le premier à avoir obtenu cette distinction n’est autre que l’homme d’état français Edgar Faure. Beaucoup d’autres connus ou moins connus sont passés par là. Comme le veut la coutume, la liste reste secrète. L’identité des nouvelles recrues ne sera connue que dans 48 heures.

Les nouveaux récipiendaires se verront remettre une médaille et un diplôme. Ils seront mis à l’honneur tout au long de cette belle journée. Environ 600 invitations ont été envoyées cette année encore. Comme le rappelle Simon Marguet, président de la République du Saugeais, être citoyens d’honneur de la République du Saugeais « ne donne droit à rien, mais c’est une reconnaissance des habitants du Saugeais ». Et de conclure : « toux ceux qui sont citoyens d’honneur sont très heureux de l’être ».

L'interview de la rédaction : Simon Pourchet, président de la République du Saugeais

 

Ce samedi 3 septembre, la Ville de Besançon invitait la population à venir découvrir le site et les vestiges archéologiques mis au jour sur le chantier de l’hôpital Saint-Jacques où prochainement sortira de terre la  grande bibliothèque intercommunale.  Depuis le mois de juin dernier, les archéologues du service municipal d’archéologie préventive de la Ville de Besançon fouillent cette parcelle. La fin de ses travaux est prévue pour le 15 septembre prochain. Rencontre avec l’archéologue et céramologue Adrien Saggese, également responsable d’opération à la Ville de Besançon.

FOUILLE ARCHEOLOGIQUE BESANCON

Ces trois mois de travaux ont été très riches en découverte. Ils ont permis de mettre en lumière une série d’aménagements portuaires datant de l’époque Gallo-Romaine. Une vraie richesse qui sera immortalisée et entièrement répertoriée, inventoriée et archivée. Pour en arriver à cet excellent état des lieux, 600 couches de terre ont été démontées. Elles ont laissé apparaître 400 structures ( murs, fosses et fossés). C’est ainsi que les experts mobilisés ont identifié des entrepôts, magasins, ou halles de stockages destinés à abriter, stocker et conserver des produits. Ceux-ci arrivaient en ville depuis l’extérieur, via des aménagements portuaires, alimentés par un bras du Doubs. En travaillant encore plus en profondeur, un sol en mosaïque et en béton a également pu être découvert. Des trouvailles qui correspondraient à une époque très ancienne, estimée à l’an 15/20 avant Jésus-Christ à la même période après Jésus-Christ.

FOUILLE ARCHEOLOGIQUE BESANCON 3

Les recherches se termineront le 15 septembre prochain, mais les équipes sur place se laissent encore un peu de temps pour approfondir leurs investigations et vérifier la présence d’occupation encore plus anciennes. Puisque quelques indices (céramique, verre,  monnaies) peuvent le laisser penser.

L'interview de la rédaction / Adrien Saggese

 

La Citadelle de Besançon lance un financement participatif pour la restauration du moulin. La structure doit être restaurée et mieux valorisée. Concrètement, pour obtenir l’argent nécessaire, le site propose à la vente un kit pour faire du pain. 10 € sont ainsi reversés par kit vendu pour la restauration de la structure. Ainsi ce sont près de 3 500 € qui pourront être récoltés. Imaginé par Vauban, le moulin permettait de produire toute la farine nécessaire pour nourrir les soldats présents pendant toute la durée d’un siège.

Tout au long de cette période estivale, l’Office de Tourisme du Pays du Haut-Doubs organise des visites guidées nocturnes de l’Abbaye de Montbenoît. Ces rendez-vous hebdomadaires s’inscrivent en plus des visites guidées organisées quotidiennement par l’association « les Amis de l’Abbaye ». Ainsi, tous les mercredis soirs, Jérôme Binetruy quitte son habit de conseiller en séjour à l’Office de Tourisme  pour endosser celui de guide. Deux évènements sont encore proposés d’ici la fin de la saison. Rendez-vous les mercredis 10 et 17 août. Pour s’inscrire : 03.81.38.10.32 ou dans l’un des six bureaux de l’Office de Tourisme du Pays du Haut-Doubs.

ABBAYE MONTBENOIT 2

Dans un cadre différent, celui de la nuit qui tombe, Jérôme Binetruy raconte l’histoire de ce magnifique monument qui fait la fierté de tout un territoire.  L’intervenant a choisi de respecter l’ordre chronologique de l’histoire de l’Abbaye pour s’adresser à son public. Tout commence au 12è siècle, période à laquelle l’Abbaye et le territoire du Saugeais voient le jour. Les 15ès et 16ès siècles ne sont bien évidemment pas oubliés. Les œuvres d’art et certaines installations méritent d’y apporter un intérêt.

C’est tout une ambiance qui est reconstituée pour l’occasion. La visite débute par une ambiance folklorique, à laquelle se conjugue un temps convivial dans la cuisine des moines au coin du feu.

L'interview de la rédaction / Jérôme Binetruy

 

La saison estivale est très rythmée au Château de Joux. Depuis le 7 juillet, de nombreux évènements se succèdent. Au programme : chasse au trésor, rallye photo, balade contée, visites théâtralisées, manipulation et fonctionnement du pont-levis, visites guidées… . Il y en a pour tous les goûts et toute la famille.

Les visites guidées 

Elles se déroulent en journée. Deux possibilités s’offrent aux visiteurs. Une visite avec un guide ou sous la forme d’un parcours  découverte. Concernant cette deuxième proposition, au fil de leur déambulation, les visiteurs rencontrent des médiateurs qui sauront répondre aux nombreuses questions. Pour donner encore plus d’intérêt à la visite, des photographies, réalisées par un illustrateur de bande dessinée,  informent le public sur les grandes périodes historiques du Fort de Joux.

Les ateliers du matin 

Deux rendez-vous sont proposés chaque semaine, jusqu’au 26 août. Les lundis, mardis, jeudis et vendredis à 10h, une chasse au trésor « à la recherche du trésor des Bourbaki » est organisée. Elle s’adresse aux enfants, à partir de 6 ans, accompagnés d’un adulte. Les mercredis, à 10h30, place à un rallye-photo. Les participants sont attendus munis d’un appareil photo et d’un Smartphone pour apporter leur soutien au commandant du Château. Ces animations se déroulent sur inscription uniquement, jusqu’à 18h la veille.

Manipulation du pont-levis à flèches 

Après une période de grands travaux de restauration, les ponts-levis sont à nouveau fonctionnels. Ainsi, tous les mercredis après-midi, à 14h, une manipulation est effectuée. Comme au Moyen-Âge, le public peut voir cette infrastructure en fonctionnement. Une manipulation exceptionnelle.

Balade contée

Depuis le 26 juillet, et jusqu’au 18 août, le monument de la communauté de commune du Grand Pontarlier propose une balade contée. Elle se déroule les mardis et jeudis à 15h ( durée : 1h15). Elle est ouverte aux visiteurs à partir de 7 ans. Le conteur et comédien Rémi Lapouble fait revivre les plus belles histoires que regorge le Haut-Doubs.  Un voyage dans le temps et dans l’espace à l’intérieur du Fort de Joux.

Visite nocturne théâtralisée 

Jusqu’au 25 août, tous les mardis et jeudis à 21h30. Cette année, les spectateurs et visiteurs peuvent apprécier « Lady Cactus ». Un spectacle spécialement conçu  pour le site du Haut-Doubs. Ecrit par Mathilde Martinage, il met à l’honneur différentes femmes qui ont marqué l’histoire du site. Un moyen de découvrir ces personnages qui ont construit l’histoire du Château et de son territoire. Un spectacle d’1h15 à découvrir en famille, à partir de 7 ans. Pour réserver votre place : 03.81.69.47.95 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le festival des Nuits de Joux 

C’est déjà la 47è édition de ce rendez-vous culturel incontournable. Il se déroulera du 29 juillet  au 14 août. A l’occasion des 400 ans de la naissance de Molière, une pièce de théâtre peu connue du comédien et dramaturge  est proposée. Également au programme : des concerts, des cartes blanches, du stand-up et de la lecture. Pour tout savoir sur les évènements à venir : www.nuitsdejoux.fr ou 06.59.54.69.77

L'interview de la rédaction / Laurène Mansuy, directrice du Château de Joux et du Musée de Pontarlier

Depuis le 10 juillet, une vingtaine de jeunes venus des quatre coins de la France entière participent à la restauration et à la sauvegarde de la Citadelle de Besançon. L’occasion d’apprendre à vivre en groupe, de rencontrer des gens différents, et de veiller à la préservation et à la sauvegarde du patrimoine français.

 

Des jeunes qui œuvrent pour le patrimoine

« Restaurer un monument est un prétexte pour faire de l’éducation populaire et apprendre à vivre ensemble » souligne Paloma Defert, directrice du camp chantier au Club du Vieux Manoir. Cette association d’utilité publique créée en 1952 et basée dans l’Oise, à Pontpoint, est un mouvement de jeunes qui œuvre pour la restauration du patrimoine. Elle organise des activités pour ces jeunes à la recherche de vacances originales et valorisantes. Le Club du Vieux Manoir intervient cet été sur une quinzaine de monuments, comme sur du patrimoine militaire ou encore de l’architecture religieuse comme de l’architecture de ville. Une occasion pour ces jeunes d’acquérir un savoir-faire, des compétences, et de partager une expérience de vie et de rencontrer des personnes différentes, en termes d’âge, de parcours, de vie.

 

Paloma Defert, directrice du camp chantier au Club du Vieux Manoir : 

 

Plusieurs chantiers d’envergure

Jusqu’au 24 juillet, la vingtaine de jeunes présents sur le monument de Vauban sont répartis en trois groupes et travaillent près de 5h par jour, sur des sites parfois cachés du regard des visiteurs. Leurs principales missions : dévégétaliser et remettre en valeur un pavage Vauban caché, dévégétaliser et rejointoyer un mur d’artillerie, et terminer l’ouverture d’un accès près de l’orillon 79, un mur en pierres sèches, dont la tête de mur va être achevée. Il s’agit d’un chantier commencé il y a deux ans, et cette restauration va permettre d’ouvrir cette partie au public.

 

 

Des motivations très différentes

Plusieurs raisons ont poussé ces jeunes à s’investir au sein du Club du Vieux Manoir, en partant dans toute la France veiller à la sauvegarde du patrimoine. Marie-Luce, 17 ans, qui vient de la région Paca, est passionnée d’histoire. « Ça me plait beaucoup de restaurer, et puis on rencontre des gens, c’est une belle expérience ! […] C’est la deuxième fois pour moi, ce sont des amis de mon chantier précédent qui étaient à Briançon qui m’ont parlé de Besançon. En plus c’est le même architecte, Vauban, donc je me suis lancé dans l’aventure même si j’habitais loin ! ». Concernant Hélène, qui vient de région parisienne, c’est son frère qui lui a transmis cette envie de s’investir dans la restauration du patrimoine. « Très jeune, il voulait travailler sur un chantier. Et puis est venu mon tour. Depuis, je reviens tous les ans, et je n’arrête plus ! » confie la jeune fille le sourire aux lèvres. Enfin, Corian, un « pur bisontin » comme il se définit, est présent sur ce chantier grâce à sa mère, qui est salariée au sein de la Citadelle. « Je suis là depuis bientôt quatre ans. Et je reviendrai aussi l’an prochain », affirme le jeune homme.

Une chose est sûre, un lien est commun à tous ces jeunes travailleurs plus motivés les uns que les autres : l’envie de revenir chaque année encore œuvrer pour la restauration du patrimoine, et partager des expériences de vie aux côtés de nombreux autres jeunes. D’ailleurs Paloma Defert le confirme, « le taux de retours est très impressionnant au sein de ces camps-chantiers. Encore plus que les colonies de vacances. C’est quelque chose qui séduit beaucoup les jeunes ».  

 

Marie-Luce : 

Hélène : 

Corian : 

 

L'étape de départ du Tour de France approche et à cette occasion le samedi 9 juillet sera particulièrement festif et animé à Dole. Avec le début des vacances c'est aussi le retour des visites guidées dans la ville et son centre historique durant tout l'été. Pour les amateurs de vélo, de patrimoine et de chevaux, de nombreuses visites guidées sont prévues pour ce week-end.

 

Dole vous ouvre ses portes : de cloîtres en chapelles
Samedi 9 juillet à 16h - 
Au XVI et XVII siècle, Dole connaît un prodigieux essor monastique entraînant la construction de nombreux établissements religieux.


Le Faubourg Châlons, une histoire de travaux
Dimanche 10 juillet 16h
Le Faubourg Chalon se développe aux xviii et xix siècles. Il embrasse plusieurs monuments emblématiques de la ville dont le théâtre récemment rénové.
Voyagez au cœur du faubourg ! Entre anecdotes et récits, ce site est un bel exemple de l'évolution urbaine de la ville de Dole et des travaux de réaménagement et de restauration. Venez redécouvrir l’histoire de ces monuments.

 

Balade en calèche
Dimanche 10 juillet - Plusieurs départs de 16h à 18h15
Découverte du centre-ville au rythme du cheval comtois pour prendre le temps de voir la ville autrement.

 

Toutes ces visites sont sur réservation : https://web.digitick.com/index-css5-doletourisme-pg1.html

Entre juin 2022 et mars 2023, la direction du Patrimoine Historique de la Ville de Besançon mettra à l’honneur le XVIIIe siècle à travers une programmation culturelle éclectique. Besançon XVIIIe, c’est assister à un concert de l’Orchestre Victor Hugo Franche-Comté et du groupe electro-jazz Zerolex Trio, suivi d’un DJ set, avec Sorg aux platines sur la place de la Révolution. C'est aussi s’émerveiller devant les œuvres du Siècle des Lumières exposées au musée des beaux-arts et d’archéologie, déambuler en ville aux côtés d’un guide, apprendre à lire les façades architecturales, s’intéresser aux végétaux et percer les mystères de la médecine de l’époque ou encore revivre au temps de Louis XV grâce aux visites numériques.