Choix du secteur :
Se connecter :
 

Les fortes chaleurs actuelles entraînent indéniablement la fréquentation intense des piscines et plans d’eau du territoire. A Besançon les piscines Port-Joint, Lafayette et Mallarmé sont ouvertes. Celle de Chalezeule ouvrira ce samedi 25 juin. Si les baigneurs sont au rendez-vous ce n’est pas toujours le cas des maitres-nageurs. Une forte pénurie est constatée sur tout le territoire français. A quelques jours de l’ouverture complète des piscines de Besançon, nous nous sommes entretenus avec Abdel Ghezali, premier adjoint à la maire de Besançon, et chargé des sports et équipements sportifs.

 

Une bonne saison en perspective

Comme le souligne Abdel Ghezali, le facteur essentiel à la fréquentation des plans d’eau, la météo, est actuellement propice au très bon accueil des visiteurs. « Les équipements de plein air sont liés à la météo. Nous sommes dans une période très chaude, avec des températures très élevées, et nous avons beaucoup de monde qui vient dans nos équipements, dans nos piscines ». Un très bon début de saison, confirmé par les réservations. « La semaine dernière, à Port-joint, nous avons fait complet au niveau des entrées » poursuit l’élu. Une année qui devrait être rassurante, après les dernières saisons profondément marquées par la crise sanitaire. « Nous avons dû nous adapter aux jauges et ce n’était vraiment pas évident. Mais nous avons tout de même fait une bonne saison malgré tout. Celle-ci devrait l’être aussi. Même si on sera très vigilants face aux températures » souligne Abdel Ghezali.

 

Alerte canicule

Des températures historiques en France, qui ont franchi les 40° la semaine dernière dans le sud du pays. « Nous allons faire en sorte que les enfants soient protégés, avec de la crème solaire, des zones d’ombre, et qu’ils puissent se baigner et s’amuser sans craindre ces fortes chaleurs » explique Abdel Ghezali. Car si les températures sont propices à la baignade, il ne faut pas négliger les risques liés au soleil. « Il faut rester très vigilant face à chaleurs. La sécurité doit être de mise, dans et autour des bassins. Mais les équipes ont bien travaillé, elles sont prêtes ».

 

Une pénurie de maitres-nageurs

Nous l’évoquions dans nos colonnes il y a quelques semaines ; la situation est toujours la même. Une très forte pénurie de maitres-nageurs se fait ressentir en France, et certaines villes de l’hexagone ne pourront ouvrir leurs piscines à cause de cette pénurie. « Nous avons besoin de maitres-nageurs diplômés dans les piscines, c’est un élément indispensable. Je lance un véritable appel pour des personnes qui souhaiteraient se former prochainement au métier. Il y a une réelle crise des vocations » confie l’élu de Besançon en charge des sports. Dans la cité comtoise la situation n’est pas aussi critique, et les bassins ne devraient pas fermer à cause de ce manque… pour l’instant. « Il y a clairement un manque, mais à Besançon nous n’en sommes pas encore à fermer nos piscines. J’espère qu’on pourra les maintenir ouvertes dans la durée. En tout cas pour cet été, à Besançon, il ne devrait pas y avoir de problème » affirme Abdel Ghezali.

 

Abdel Ghezali, premier adjoint à la maire de Besançon, chargé des sports et équipements sportifs : 

 

 

Le brevet national de sécurité et de sauvetage aquatique, BNSSA, est le diplôme du nageur sauveteur. Le BNSSA permet de surveiller des plages publiques ou privées, des piscines privées, et d'assister le maître-nageur sauveteur dans la surveillance des piscines publiques. Depuis quelques temps, une pénurie de personnel se fait ressentir dans ce secteur d’activité. Nous avons rencontré Thibaut Amiotte, responsable de l’association de Besançon de la Fédération nationale des métiers de la natation et du sport.

 

Une pénurie qui compromet l’ouverture de certains plans d’eau

L’été approche, les piscines ouvrent petit à petit leurs portes, mais les maîtres-nageurs manquent. « J'ai des demandes quasiment quotidiennes d'employeurs qui cherche des BNSSA à recruter. Oui, on peut parler de pénurie de maîtres-nageurs et de sauveteurs aquatiques » souligne Thibaut Amiotte. Une situation critique, qui vient même compromettre l’ouverture de certains plans d’eau. « Aujourd'hui il y a des bassins, des piscines, qui ne peuvent pas ouvrir l’été parce qu’ils ne trouvent pas de BNSSA. Port-Joint a ouvert mercredi dernier, la base de loisirs d’Osselle devrait ouvrir ce mercredi, tout est imminent. Mais malheureusement, certaines ouvertures se feront sous condition de pouvoir recruter du personnel pour surveiller les plans d’eau » poursuit-il.

 

Un job étudiant idéal

Pour Thibaut Amiotte, le BNSSA est une opportunité rêvée et un job étudiant idéal. « C’est du travail assuré tous les étés. Ce sont même des vacations possibles tout au long de l’année dans les piscines. Aujourd’hui, je crois clairement que quelqu’un qui a le BNSSA en poche, c’est quelqu'un qui a l'assurance d'avoir un travail n’importe où, n’importe quand ». Les sessions sont organisées chaque année à la piscine Mallarmé de Besançon. C'est une formation plutôt longue, avec des entraînements de natation et de sauvetage aquatique. « Chez nous c'est environ 80h dans l'eau. C'est aussi une formation de secourisme de 39h. C’est une grosse semaine pour tous les gestes de secourisme en équipe, avec du matériel, et une formation de réglementation d'environ 10h qui permet d'accéder à l'examen BNSSA et aux 4 épreuves pour pouvoir valider son BNSSA. Ce qui permet ensuite de pouvoir travailler et surveiller les plans d'eau ».

 

Les conditions requises

Il faut avoir 17 ans révolus le jour de l'examen, afin d’obtenir son BNSSA le jour de sa majorité, ce qui permet de travailler à 18 ans. Il y a besoin d'un certificat médical, et de bonnes aptitudes visuelles et auditives, déterminées par un médecin généraliste. « Nous avons une formation qui débute en octobre avec des entraînements hebdomadaires, ainsi que des stages pendant les vacances scolaires. Cela donne lieu à des examens qui se déroulent en ce moment. On a eu un premier examen mi-mai et on aura le 2ème et dernier pour la promotion 2021-2022 le 4 juin à la piscine Mallarmé à Besançon » explique Thibaut Amiotte.

 

Pour en savoir plus sur les informations et inscriptions : http://fc2s.org/#!/presentation