Choix du secteur :
Se connecter :

Besançon : Quand le rugby devient possible à partir de 5 ans

Publié le 21 Sep. 2023 à 08:09
Tags: sports | rugby | olympique de besancon |
Lecture: min
Besançon : Quand le rugby devient possible à partir de 5 ans

La Coupe du Monde de rugby bat son plein en France. Ce soir, le XV tricolore affronte la Namibie pour son 3è match de poule dans cette compétition. Les clubs de rugby de la région savourent,  la compétition suscite des vocations auprès des jeunes français. A l’Olympique de Besançon, les effectifs de l’école de rugby ont progressé de 20%. A l’image de Vincent Lornet, son responsable, on espère qu’il ne s’agit pas que d’un effet de mode.

A Besançon, la pratique du rugby est possible dès la grande section de maternelle. Actuellement, 140 enfants, âgés de 5 à 13 ans,  composent les effectifs de l’école de rugby. Contrairement à d’autres sports collectifs, avant de faire de ces enfants des petits champions de la discipline, les éducateurs inculquent des règles et des valeurs qui forment les citoyens et les adultes de demain. Le club inscrit l’enfant dans un projet collectif, où la vie d’équipe et de groupe est capitale. Des valeurs de solidarité, de camaraderie et d’entraide qui permettent à chacun de trouver sa place, s’épanouir et grandir aux côtés et avec les autres. Bien évidemment, la formation est aussi au cœur du projet bisontin, mais elle s’effectue par étapes et en fonction de l’âge des enfants.

L'interview de la rédaction : Vincent Lornet, responsable de l'école de rugby

 

 

RUGBY ENFANT

« Ce sport m’apporte du bonheur et de la liberté ».

Chez les moins de 12 ans, tous ne s’inscriront pas dans une pratique de longue durée, mais certains ont déjà des rêves et des ambitions plein la tête. Baptiste fait partie de ces petits rugbymen qui ont envie de percer. Du haut de sa dizaine d’années, le jeune bisontin veut réussir. « Cela fait sept ans que je pratique ce sport. J’ai eu envie de copier mon papa et mes grands frères » explique ce sympathique petit blondinet. Et de poursuivre : « Une fois que je l’ai découvert, j’ai beaucoup aimé les passes, le contact et la vitesse ». Camille  y trouve du plaisir. « Ce sport m’apporte du bonheur et de la liberté ». Aller au contact ne lui fait pas peur. « Cela fait partie des règles du jeu. Si l’on veut être un bon joueur, il faut le faire ». Baptiste ne veut rien lâcher. Il se verrait bien dans plusieurs années porter les couleurs françaises et soulever le trophée de la Coupe du Monde. « J’aimerais bien devenir joueur professionnel. Ce serait pour moi une grande fierté. Ce serait un grand honneur » lance l’enfant. Très lucide, il sait que le parcours est encore long, mais ce petit gars a bien raison de croire en ses rêves. C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

L'interview de la rédaction / Baptiste et Camille

Besançon : Quand le rugby devient possible à partir de 5 ans
Dernière modification le jeudi, 21 septembre 2023 11:23