Choix du secteur :
Se connecter :

Levier / Comice 2021 : La passion de son métier

Publié le 02 Oct. 2021 à 16:10
Tags: agriculture | jeunesse |
Lecture: min
Levier / Comice 2021 : La passion de son métier

La saison des comices bat son plein actuellement dans le Haut-Doubs. Ce samedi, l’école d’agriculture de Levier accueillait le comice regroupant les territoires de Levier, Frasne et Val d’Usiers. Rémy Marion, le président de l’établissement scolaire, ne cachait pas sa satisfaction d’avoir pu confirmer ce projet qui lui tenait à cœur. L’accueil de cette belle et grande manifestation agricole a permis d’associer les lycéens et étudiants de l’établissement à la préparation de l’évènement.  Cette année, 45 exploitants et près de 350 animaux étaient inscrits.

Comme il est de coutume, les éleveurs, qui ont présenté moins de bovins cette année, à la demande des organisateurs, ont participé aux différents concours dans les catégories espoirs, jeunes, et adultes. Les animaux répondant le mieux aux critères ont été récompensés. Malheureusement, cette année, ils ne pourront pas participer au challenge départemental. En raison de la covid-19, le challenge Doubs Terre d’élevage a été annulé.

« Je suis fier de mon papa »

Michaël Ielsch, le président du comice levitien et vice-président des comices du Doubs, tient à remercier les éleveurs qui s’investissent sans compter pour cet évènement et le préfet du Doubs, Jean-François Colombet, qui a autorisé l’organisation des comices dans le département, en imposant la présentation du passe sanitaire. Ces manifestations agricoles sont toujours très touchantes car elles mettent dans la lumière des gens passionnés par leur métier. On se transmet souvent cet engouement pour les comices de génération en génération. Proche de son père, l’œil vif et le regard plein d’espoir, Pierre, un bonhomme de 10 ans, suit avec grand intérêt le concours. « Je suis arrivé à 7 heures. J’ai lavé les vaches. Je leur ai donné à manger. J’ai tenu une vache » explique le petit agriculteur. Cela fait six mois, que le garçon prépare cet évènement avec son père et ses associés. « J’aimerais tellement que nos vaches fassent quelque chose. Ca récompenserait bien notre travail’ conclut-il.

Le reportage de la rédaction / Remy Marion. Pierre

Dernière modification le dimanche, 03 octobre 2021 21:08