Choix du secteur :
Se connecter :

Qui est François Braun, le nouveau ministre de la Santé, originaire de Belfort ?

Publié le 05 Juil. 2022 à 09:07
Tags: Santé | ministre de la sante | francois braun | belfort |
Lecture: min
Qui est François Braun, le nouveau ministre de la Santé, originaire de Belfort ?

François Braun vient d’être nommé ministre de la Santé et de la prévention à la place de Brigitte Bourguignon. Le belfortain de naissance va pouvoir appliquer les 41 recommandations qu’il a déposées la semaine dernière sur le bureau d’Elisabeth Borne.

 

Une famille de médecins

Né à Belfort en 1962, François Braun est le descendant de quatre générations de médecins belfortains. Son père a été pendant près de vingt ans le chef du service des urgences de la cité du Lion. Son arrière-grand-père, le Dr Henri Braun, a fondé l’ancienne clinique médicale Braun de Belfort. En 1979, il entre en première année de médecine à Nancy, soutient sa thèse en 1989 et reste au service des urgences de Verdun qu’il a intégrées lors de sa sixième année.

Avant d'être nommé au gouvernement, François Braun dirigeait le service des urgences du CHR de Metz-Thionville. Il y officiait depuis juin 2009. D'abord en tant que praticien hospitalier, puis comme médecin-chef des urgences depuis quatre ans. Depuis 2014, Braun est président de Samu Urgences de France (SUdF). En janvier, le président Macron l’a nommé référent santé pour sa campagne, puis fin mai, il l’a missionné pour un rapport flash sur la situation des urgentistes.

« Urgentiste je suis, urgentiste je reste, avec dans mon ADN la volonté de qualifier les problèmes et agir rapidement pour les résoudre. » clame François Braun lors de sa première allocution en tant que ministre de la Santé. « J’ai accepté le poste pour essayer de relever les enjeux pour la santé, pour nos concitoyens, pour les soignants. »

 

Une personnalité qui divise

Selon des informations recueillies sur Franceinfo, Patricia Schneider, responsable locale du syndicat SUD-Santé, affirme « qu’il n'était pas très présent sur le terrain ». Elle se souvient l'avoir « surtout vu en période Covid, quand il a fallu organiser les transferts de malades et qu'il y avait les caméras ».

François Braun « connaît très bien ce sujet [les urgences], il a un caractère posé et réfléchi, il n'est pas à la recherche du buzz », juge Christian Rabaud, infectiologue au CHU de Nancy, interrogé par France 3 Grand Est. 

« Il sait écouter tout en restant ferme sur ses positions. Il a la méthode pour convaincre sur des propositions phares qui peuvent heurter certaines catégories professionnelles » salue Agnès Ricard-Hibon, la cheffe du Samu dans le Val-d'Oise, membre de Samu-Urgences de France, dans Marianne.

« François Braun a toujours voulu faire marcher son service coûte que coûte » regrette Pascal Pannetier, ancien psychiatre aux urgences de Metz-Thionville, dans le même hebdomadaire. « Il a répété partout dans les médias qu'il y avait un problème budgétaire à l'hôpital. Et en même temps, il a été le premier à faire fonctionner un service qui se désorganise, sans prendre en compte la souffrance de ses collègues, dont beaucoup ont été en arrêt maladie pour cause de surmenage, ou sont tout simplement partis. »

« Pour nous, cette nomination est une véritable provocation » a réagi Christophe Prudhomme, porte-parole de l'Association des médecins urgentistes de France sur Franceinfo. « Comment pouvons-nous avoir confiance dans ce monsieur ? Les propositions qui sont faites par François Braun sont catastrophiques. Il explique qu'on peut fermer les urgences la nuit. Il ne représente pas les urgentistes », poursuit-il.

 Le président de l'Association des médecins urgentistes de France, Patrick Pelloux, est très opposé à la régulation d'accès aux urgences, une des conclusions de la "mission flash" de François Braun. Selon lui, « en refusant l'accès aux urgences, on s'éloigne de notre mission de service public ».

Dernière modification le mardi, 05 juillet 2022 09:37