Choix du secteur :
Se connecter :

Coupe du monde 2022 : Entrée en lice de la Suisse, l'analyse du coach de Nyon Christophe Cashili

Publié le 24 Nov. 2022 à 10:11
Tags: coupe du monde 2022 | suisse | Football |
Lecture: min
Coupe du monde 2022 : Entrée en lice de la Suisse, l'analyse du coach de Nyon Christophe Cashili

C'est le jour de vérité pour l'équipe Suisse dans cette coupe du monde de football 2022. L'équipe de Murat Yakin affronte ce jeudi le Cameroun pour le premier match du groupe G. Afin de comprendre l'engouement et les ambitions suisses lors de cette compétion, nous avons posé nos questions à Christophe Caschili, entraineur du Stade Nyonnais (D3 Suisse) et grand connaisseur du football helvète.

 

Aujourd’hui la Suisse entre en lice dans cette coupe du monde au Qatar avec ce premier match contre le Cameroun. Comment est l'ambiance en Suisse ? Est-ce que vous sentez une ferveur par rapport à la compétition ?

Je pense que c'est un peu comme en France. C'est un petit peu perturbé par les parasites qu'il y a autour de cette du monde. On a beaucoup parlé de boycott et d’extra sportif, donc je ne sens pas véritablement une grande émulation autour du jeu en fait. Tout ce qui nous a préoccupé avec la tenue de la compétition, tous ces à-côtés du football ont été au détriment de la ferveur justement. Mais je pense que cette ferveur va monter en puissance au fur et à mesure de la compétition. Pour l'instant ce n’est pas autant que d'habitude. Il faudra attendre le coup d'envoi tout à l'heure de Suisse-Cameroune. C’est le même effet que pour l'équipe de France avant leur premier match. Beaucoup de personnes se posaient la question :  Est-ce qu'on regarde ou pas ? Est-ce qu’on boycotte ou pas ? Et puis maintenant que le match a été lancé, que les bleus ont fait une belle prestation, ça ramène un petit peu tout le monde. J'espère que ça sera pareil pour l'équipe Suisse.

D'ailleurs, l'équipe Suisse reste sur une bonne performance lors du dernier Euro de foot en 2021 (quart de finale face à l’Espagne perdu aux tirs aux buts). Est-ce que ça a créé une dynamique ?

Honnêtement oui ! La dynamique est différente de d'habitude. L'équipe Suisse a pris beaucoup de confiance. J’ai eu la chance grâce à au diplôme d’entraineur que j'ai préparé de les analyser en permanence pendant un an et demi donc ça m'a permis de mesurer la progression de cette équipe. Les résultats contre l'équipe de France, par exemple, l'ont montré, mais c'est une équipe qui est en constante mutation, en constante évolution. J'ai quand même le sentiment qu’elle ne rentre pas sur la pointe des pieds dans la compétition. Alors il faut toujours faire attention, entre ambition et puis manquer d'humilité, et puis il faut rendre compte que le groupe de l'équipe Suisse est très compliqué avec le Cameroun, le Brésil et la Serbie. Ce sont des équipes qui sont difficiles à manœuvrer, mais je pense qu'ils ont une belle carte à jouer. C'est une belle équipe.

Justement en parlant de ce groupe, est-ce que vous pensez que la Suisse peut aller loin dans ce mondial ? L’objectif annoncé est de se qualifier pour les 1/8e de finale ?

Murat Yakin, le sélectionneur a dit que son équipe était capable de battre le Brésil. On a vu sur les premiers résultats de ce mondial qu’il peut y avoir des surprises. Mais même si l'équipe Suisse est en constante évolution, battre l'équipe du Brésil restera une surprise, tout comme lorsque l'équipe suisse a battu la France au dernier Euro. Je leur souhaite qu'ils soient dans les deux premiers mais je pense que tout se joue aujourd'hui. Le match contre le Cameroun est très important, déjà parce que c'est le premier match, donc la rentrée dans la compétition, et puis aussi parce que je pense que le Brésil passera et que la 2e place se jouera entre le Cameroun et la Suisse. Donc ça donne un petit peu le tempo ce premier match.

Et enfin, dernière question, le ou les joueurs à suivre selon vous dans la formation helvète ?

Je dirais Embolo (attaquant de Monaco), c'est sûr que depuis quelques années, il évolue très bien au poste d'attaquant. Le fait d'avoir signé à Monaco et de travailler avec un super staff l'a fait encore évoluer. Et pour l'avoir suivi de près, c'est un super bon joueur. Ils ont aussi Granit Kaka au milieu (Arsenal), qui est un super joueur également, le maître à jouer de l'équipe. Quand il n’est pas là, on le sent tout de suite. Après j'aime beaucoup leur charnière centrale avec Elvedi (Borussia M’Gladbach) et Ahanji (Manchester City), deux joueurs propres, dur sur l'homme. On peut également compter sur un très bon gardien (Yann Sommer). Donc si autour de ça les joueurs comme Shaqiri (Chicago Fire) se mettent au niveau, ça peut être une belle équipe.

 

Benjamin Cornuez

Dernière modification le jeudi, 24 novembre 2022 16:21