Choix du secteur :
Se connecter :
 

Le CHU de Besançon est désormais doté de trois IRM de pointe. Ces équipements permettent d’accélérer les prises en charge et les diagnostics, notamment au sein de la filière AVC, de la pédiatrie et des urgences pédiatriques et de la cancérologie. Ces acquisitions s’accompagnent d’une rénovation du service existant. Par ailleurs, dans un souci de rendre ces examens les plus confortables possibles, rappelons que le plateau technique d’imagerie médicale propose une solution immersive et la possibilité de visionner une vidéo pendant le temps de la prise en charge.

Depuis 3 mois, les services de pédiatrie du CHU accueillent chaque semaine des visiteurs pour le moins singuliers : des poules, des lapins, des cochons d'Inde et un chien ont investi les locaux de médecine et de chirurgie pédiatriques le temps de séances de médiation animale.

Ce vendredi matin, Maybe, le colley au poil long, Alpine la poule hollandaise huppée, Pouki et Cybèle, les deux lapins béliers ou encore Chouquette le cochon d’Inde, rendaient visite aux enfants du service pédiatrique du CHU Minjoz de Besançon. L’objectif est de rendre les conditions de séjour hospitalier plus agréables pour les enfants, de leur permettre de changer d’univers et de s’évader du contexte de l’hospitalisation. « Tout est parti d'une collègue éducatrice qui avait eu cette idée de faire venir des animaux à l'hôpital. On lui a dit qu’elle était folle, que ça ne se ferait jamais. Et puis finalement, on a cru à ce projet, et on a fait beaucoup de recherches pour savoir si ça se faisait dans d'autres CHU. Avec beaucoup de travail, il a fini par aboutir au mois d'octobre 2023 » indique Caroline, éducatrice de jeunes enfants en chirurgie pédiatrique. Ce projet de médiation animale qui a donc été initié par les éducatrices de jeunes enfants du CHU et adopté par l’ensemble des équipes de pédiatrie, reçoit le soutien financier de l’association CéKeDuBonheur. Chaque vendredi matin, plusieurs sessions sont mises en place pour faire bénéficier le maximum d’enfants de ces ateliers. 157 ont déjà pu y participer. « Les bienfaits, on y croyait énormément. Et depuis que les ateliers sont en place, ça n'a fait que se confirmer. Quand les enfants viennent en atelier de médiation animale, ils sont apaisés, détendus, ça leur fait oublier qu'ils sont à l'hôpital, ainsi que les jours et semaines passées, qui parfois sont très durs » poursuit Caroline.

 

 

« C'était une très bonne séance. Les enfants étaient souriants et on a un petit qui était, je pense, vraiment pas dans son assiette en début de séance, et qui a terminé avec un grand sourire en s'occupant des animaux » Emilie Hienne, zoothérapeute à Anim’O-tive

 

Le rôle de médiateur de l’animal

L’animal joue un rôle de médiateur entre le patient et le zoothérapeute. Chez les enfants, il s’agit avant tout d’une aventure sensorielle empreinte de douceur et rythmée par des jeux pédagogiques avec les animaux. « C’est un moment qui sort de l'ordinaire, qui permet passer du bon temps. Quand on s'occupe l'esprit, on oublie un petit peu la douleur, et ça permet de diminuer les angoisses des soins qui seront à venir » explique Emilie Hienne, la zoothérapeute qui encadre ces ateliers. La zoothérapie requiert une formation précise tant pour le professionnel que pour l’animal. Les animaux présents au CHU sont entraînés et habitués depuis plusieurs années à ces ateliers dans divers établissements sanitaires et sociaux de la région ; ils ont un comportement adapté en présence d’enfants. « Oui les animaux ont été éduqués pour intervenir auprès d'un public fragilisé, donc ce sont des animaux qui ont un tempérament très calme. Concernant les enfants en pédiatrie, qui peuvent souffrir physiquement, on ne pourrait pas emmener des animaux qui sont un petit peu trop vifs, qui pourraient les bousculer. C'est important qu'ils soient vraiment habitués » confie Emilie Hienne.

Emilie Hienne, zoothérapeute à Anim’O-tive : 

 

Le respect des règles strictes d’hygiène

« Les chiennes doivent effectivement être à jour de tous leurs vaccins et tous les animaux ont des traitements antiparasitaires de manière très régulière » indique Emilie. Pour permettre la concrétisation de ce projet à l’hôpital, un protocole sanitaire a été mis en place et toute séance de médiation animale est tracée. Les ateliers sont accessibles à tous les enfants, sauf contre-indication médicale. Avant chaque séance, une vérification du bon état général de chaque animal est effectuée par Emilie, les animaux sont brossés avant chaque séance et lavés si nécessaire. Une attestation de bonne santé et de conformité à la pratique de la médiation animale délivrée par un vétérinaire a été fournie au CHU pour l’ensemble des animaux.

Caroline, éducatrice de jeunes enfants en chirurgie pédiatrique : 

 

Il y a 40 ans, le 11 janvier 1984, l’hôpital Jean-Minjoz de Chateaufarine ouvrait ses portes et accueillait ses premiers patients en gastro-entérologie et en médecine interne. Dans ce contexte, le site bisontin propose une exposition consacrée à la genèse, à la construction, à l’évolution et à l’avenir de l’hôpital. Elle se décline en vingt panneaux, réalisés à partir des archives du CHU. Cette création est visible du 12 janvier au 5 février dans le hall de l’hôpital.

Les joueuses de l’ESBF ont fait équipe avec l’association « P’tits Bouts de Ficelle » ce vendredi 15 décembre pour apporter un moment de bonheur aux enfants hospitalisés en pédiatrie au CHU Minjoz de Besançon. Les sportives et les enfants ont pu participer à différentes activités ludiques installés dans une salle de l’hôpital. Un goûter était prévu en milieu d’après-midi. Les enfants en isolement pour des raisons médicales ont bénéficié de visites individuelles afin de pouvoir aussi profiter de ce moment. L’occasion d’oublier l’hospitalisation pendant quelques instants.

Hana Sevcikova de l’association P'tits Bouts de Ficelle : 

 

Une fresque géante composée de 85.000 briques Lego a été inaugurée au CHU Minjoz ce mardi 12 décembre. Cette œuvre a été fabriquée par les enfants des services de pédiatrie de l’établissement de santé grâce au concours de l’association Lug’Est. Pendant un an des ateliers de construction ont été animés par l’équipe d’éducatrices et les membres de l’association. 33 jeunes patients ont donc participé à la création de cette fresque de 2,66m sur 1,90m représentant Hansel et Gretel.

 

« Au départ, nous avions des petits ateliers mis en place avec la collaboration de l'association Lug’Est. On proposait des petites activités autour du lego, comme la construction d'un sapin de Noël pendant la période des fêtes. Et puis, petit à petit, on nous a proposé un plus gros projet : la réalisation de cette fresque » indique Elodie Musumeci, éducatrice au CHU de Besançon en médecine pédiatrique. C’est donc une œuvre impressionnante, de 2,66 mètres sur 1,90 mètres, qui orne désormais le mur du couloir vert situé juste à droite de l’entrée principale du CHU Minjoz. Avec en son centre, les célèbres Hansel et Gretel, devant leur maison en pain d’épice, entourés de nombreux animaux. Une œuvre qui comprend 85.000 briques Lego, composée de plus de 40 couleurs différentes, et choisie par les enfants parmi plus d’une dizaine d’autres images. « On a cherché une image qui pourrait plaire aux enfants, aux plus petits et aux plus grands. Il fallait que ça soit adapté à tous les âges. Tous les mois, on se retrouvait avec les enfants présents dans les services. On leur expliquait le projet, et chacun pouvait mettre sa petite pièce à l'édifice, en participant le temps de son hospitalisation » explique Elodie Musumeci.

 

« Il y a quelques années, nous réalisions déjà des ateliers en pédiatrie. Mais cette fois, l'idée était de laisser une trace, de faire quelque chose d'envergure. Et cette fresque en deux dimensions paraissait particulièrement adaptée » Ludovic Chouet, de l’association Lug’Est.

 

fresque_lego_chu_1.JPEG

Les membres de l'association Lug'Est, aux côtés des éducatrices en médecine pédiatrique du CHU Minjoz

 

Aider les enfants à sortir du quotidien de l’hospitalisation

Le but de ce projet était de divertir les enfants hospitalisés, les sortir de leur quotidien, et de leur permettre de s’évader le temps d’un instant. « On s'était bien préparé pour que chaque enfant ait une plaque, un détail des couleurs de tout ce qu’il devait réaliser. On était on était évidemment sous l'émotion aussi de jouer avec eux, de les occuper, et d’observer leurs réactions à la fin de la journée, en se disant qu'ils avaient pensé complètement à autre chose pendant quelques heures. Que ça leur avait fait un bien fou. On n’en sort pas indemne, ni de la même manière » confie Ludovic Chouet, de l’association Lug’Est. Un avis partagé par Elodie Musumeci, éducatrice en pédiatrie au CHU de Besançon, qui a passé beaucoup de temps au côté de ces jeunes. « C'est un temps en dehors de l'hospitalisation. On est dans une autre pièce, où il n’y a pas de soins. C'est vraiment un temps de jeu, et on a vu que ça plaisait autant aux enfants qu’aux parents et aux familles ! Les Lego c'est intergénérationnel que ça plaît à tout le monde ».

 

Une autre fresque en briques Lego sera inaugurée à l'hôpital Louis Pasteur de Dole ce mercredi après-midi, aux côtés de l’association et des personnels de l’établissement.

 

Chaque année depuis 2009, le ministère de la santé organise "La semaine de la sécurité des patients". Cette opération de sensibilisation est une occasion privilégiée de renforcer la collaboration entre les professionnels de santé, les patients, leurs proches et la société dans son ensemble. Cette année, la semaine de la sécurité des patients se tenait du 20 au 24 novembre, avec comme thème : « Faire des patients les acteurs de leur propre sécurité ».

Dans le cadre de cette Semaine de la sécurité des patients, et comme chaque année, les professionnels du CHU Minjoz de Besançon se mobilisent autour de cette campagne nationale afin d’informer et d’impliquer l’ensemble des publics de l’hôpital. De nombreuses animations sous différentes formes se sont tenues au sein de l’établissement pendant 5 jours, comme des stands d’information, des ateliers thématiques, des jeux de sensibilisation ou encore des expositions.

Peut-on mélanger de la verveine, de la menthe, du millepertuis ou encore du thé vert avec un traitement médical ? Sans que celui-ci ne voit ses effets diminuer, ou au contraire décupler ? C’est en tout cas à travers un jeu « phytothérapie » qu’Anne-Laure Clairet, pharmacienne au CHU de Besançon, et ses équipes ont souhaité sensibiliser le public à ces questions.

 

Phytothérapie_CHU_1.jpg

 

« Un jeu sur l'éducation des patients au risque de prendre de la phytothérapie en même temps que leurs médicaments »

Le principe est très simple. Plusieurs cartes sont proposées, avec une mise en situation rédigée sur le recto de la carte. Par exemple, « Le pamplemousse est-il compatible avec le Tarceva ? ». Après avoir répondu, la personne retourne alors la carte, et au verso se trouve une explication sur les risques avec des systèmes de feu vert, orange ou rouge. « Ces cartes ne sont là finalement que pour faciliter la discussion avec les patients et inciter à discuter avec nous, tout en prenant conscience des risques que peuvent représenter la prise de phytothérapie en même temps que plusieurs autres médicaments » indique Anne-Laure Clairet. « Certaines plantes peuvent augmenter l’activité, notamment du foie, et donc l'élimination des médicaments au prix d'une baisse de l'efficacité de ceux-ci. Et à l'inverse, certaines plantes peuvent bloquer l'activité du foie, et donc empêcher l'élimination et augmenter la toxicité de certains médicaments » poursuit la pharmacienne du CHU. Un atelier qui a bien fonctionné, avec des très nombreuses personnes venues se renseigner. « Les gens sont plutôt curieux, et ça suscite vraiment la curiosité. Et puis c'est un jeu qui est animé par des étudiants en pharmacie et en soins infirmiers. Donc l'échange entre les étudiants et les patients est très enrichissant pour les deux parties, il permet également de vraiment améliorer la formation nos étudiants » souligne Anne-Laure Clairet.

 

Anne-Laure Clairet, pharmacienne au CHU de Besançon : 

 

 

« En effet, dès lors que les patients sont associés aux soins qu’ils reçoivent en tant que partenaires, les données montrent que leur sécurité, leur satisfaction et leurs résultats sanitaires s’en trouvent nettement améliorés. En devenant des membres actifs de l’équipe soignante, les patients peuvent contribuer à la sécurité des soins qui leur sont prodigués et à celle du système de santé dans son ensemble. Que l’on soit soigné ou soignant, la mobilisation de tous est décisive pour, d’année en année, inciter les acteurs à s’engager davantage encore dans des démarches de sécurité maximale, de qualité et de coordination des soins » Ministère de la Santé

Le CHU de Besançon a dernièrement été certifié « Haute qualité de soins » par la Haute Autorité de Santé, un organisme indépendant, qui fixe les règles sur la qualité et  la sécurité des soins. Tous les objectifs d’un référentiel portant notamment sur le patient et les équipes de soins ont été passés au crible par un collectif de neuf experts-visiteurs. Il s’agit du meilleur résultat possible. Précisons que cette certification est délivrée pour une durée de 4 ans.

L’Amicale des personnels du centre hospitalier universitaire de Besançon organise une exposition des œuvres et créations des agents du CHU le 10 novembre, dans le hall de l’hôpital Jean-Minjoz à Besançon. Il s’agit de la quatrième édition de cet évènement. Le public pourra découvrir les talents des exposants dans des domaines très variés, tels que la peinture, le dessin, la couture ou encore la  broderie, … . Cette amicale a pour objectif d’organiser des loisirs et de tisser du lien entre ses membres.

Dans le cadre de la Semaine nationale de la dénutrition, le CHU Minjoz de Besançon animera un stand d’information le 9 novembre de 10h00 à 16h00. L’objectif : sensibiliser les usagers mais aussi les accompagnants et les professionnels de santé. Des tests de dépistage de dénutrition et des dégustations de compléments alimentaires seront proposés sur place. Médecins et diététiciens présenteront les moyens de prévention et de prise en charge de la dénutrition ainsi que des astuces pour adapter son alimentation.

 

 

C’est une belle initiative que vient de décliner le CHU Minjoz à Besançon. Une série de podcasts, baptisés « Des/équilibres », a été mise en ligne sur différentes plateformes, telles que YouTube, Spotify, Deezer, … , pour accompagner les malades et sensibiliser les étudiants et professionnels. Ce contenu regroupe 10 témoignages de patients. Leur durée est de 20 minutes chacun.

Pour découvrir cette ressource des plus riches et intéressantes, n’hésitez pas à vous rendre sur la chaîne YouTube du CHU Minjoz : https://www.youtube.com/playlist?list=PLEyV_ZFDyBIeUO0ytT9K0Jha-5QNitSDz