Choix du secteur :
Se connecter :
 

La toile estivale de la Citadelle s’installe de nouveau cette année. A partir de mardi prochain, le 11 juillet, et jusqu’au 29 août, les nouveaux et habitués pourront apprécier un film par semaine avec une vue panoramique sur Besançon. 

Chaque mardi, l’ouverture des portes sera à 20h30 et le film débutera à la tombée de la nuit. La programmation est variée entre longs métrages historiques, comédies ou films d'animation. Passeront sur le grand écran “Jojo Rabbit” “La grande vadrouille”, “La guerre des boutons” (1962) ou encore “OSS 117, Rio ne répond plus”. 

Pour ce premier mardi, c’est “Retour vers le futur” qui est à l’affiche. 

Le tarif est de 5euros par personne. Réservations disponibles sur www.citadelle.com


Tout au long de cet été, jusqu’au 31 août, le Centre de Ressources Iconographiques pour le Cinéma des Amis du Musée propose une exposition sur le cinéma visionnaire en présentant des affiches de films de science-fiction dans le hall de l’Hôtel de Ville de Pontarlier.

Le public pourra découvrir plusieurs créations servant de promotion aux films « Le Voyage dans la Lune » en 1902, « Metropolis » en 1927, « la Femme sur la lune » en 1928, ou encore « Soleil vert » en 1973, qui évoque l’épuisement de la quasi-totalité des ressources naturelles en 2022, … .

La toile estivale de la Citadelle s’installe de nouveau cette année au cœur du monument Vauban. Les spectateurs sont attendus chaque mardi soir du 11 juillet au 29 août dans le parc Saint-Etienne de la Citadelle pour découvrir un film par semaine, avec une vue panoramique sur la ville. La programmation fera en grande partie écho à la réouverture du Musée de la Résistance et de la Déportation, avec des films évoquant ou se déroulant pendant la Seconde Guerre mondiale. Au programme, Retour vers le futur, OSS117, La grande vadrouille, ou encore La guerre des boutons. Toute la programmation est à retrouver sur https://www.citadelle.com/

Pour les besoins d’un prochain film de cinéma, tourné en partie à Lons-le-Saunier et ses alentours, la production recherche des figurants. Pour y participer, il faut être âgé de plus de 16 ans et être domicilié à moins d’une heure de la capitale jurassienne. Aucune expérience n’est exigée. La prestation sera rémunérée en cas de sélection. Le rendez-vous est fixé ce vendredi 16 juin au Carrefour de la communication, dans l’Espace Galilée, place du 11 novembre, de 10h à 12h30 et e 13h30 à 17h. Prévoir une heure de casting.

Les amoureux de cinéma seront aux anges. A compter de ce lundi 5 juin, et pour au moins deux semaines, le Centre de Ressources Iconographiques pour le Cinéma des Amis du Musée de Pontarlier présente, à l’Olympia, une exposition des affiches de films des plus grandes productions de la Warner Boss.   Cette initiative voit le jour alors que l’une des plus grandes sociétés de production et de distribution au monde fête ses 100 ans. Le public pourra se souvenir de « La fureur de vivre », « La fureur du dragon », « Rio Bravo », « Bullit », « Harry Potter », … Soit une trentaine d’affiches proposées.

L'interview de la rédaction / Claude Bertin Denis, président du Centre e Ressources Iconographiques pour le Cinéma des Amis du Musée de Pontarlie

Jusqu’au 24 juin prochain, le Centre de Ressources Iconographiques pour le Cinéma des Amis du Musée de Pontarlier rend hommage à l’actrice et comédienne Jacqueline Maillan, qui aurait eu 100 ans cette année.

 Durant ces trois semaines, le public peut découvrir une vingtaine d’affiches des plus grands films de ce personnage haut en couleur. « J’étais ravi de pouvoir remettre en lumière cette femme. Elle a fait rire toute la France, avec une bonhomie et une truculence incroyable. Sans oublier, son phrasé assassin. C’est quelqu’un qui a marqué le monde du spectacle des années 50 aux années 80 » explique Claude Bertin Denis, le Président de l’association pontissalienne. Au programme, les plus grands succès de cette grande Dame : « Ah ! les belles bacchantes », qui avait fait hurler la critique catholique, « Pouic-Pouic », aux côtés de Louis de Funès, ou encore « Papy fait de la résistance ».

En 38 ans de carrière, Jacqueline Maillan compte une trentaine de films. Elle joua son dernier spectacle en 1991. Elle décéda le 12 mai 1992, à l’âge de 69 ans, des suites d’une hémorragie interne.

L'interview de la rédaction : Claude Bertin Denis

 

 

 

A l’occasion du 90e anniversaire de Jean Yann, disparu le 23 mai 2003),  le Centre de Ressources Iconographiques pour le Cinéma a souhaité lui rendre hommage à travers une exposition d’affiches de ses films. Celle-ci se déroule dans le Hall de l’Hôtel de Ville de Pontarlier du 3 au 30 mai.

Chansonnier, humoriste, écrivain,  animateur de télévision et de radio,  comédien, réalisateur,…  Jean Yann présente un riche  parcours professionnel. On retiendra « Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil », « Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ », « Le Pacte des Loups » ou encore la comédie policière « Gomez et Tavarès » parmi sa riche filmographie.

Ce mercredi 19 avril, un hommage sera rendu à Jeanine Dessay, l’infirmière pontissalienne poignardée à 19 reprises dans les toilettes de l’hypermarché casino, le 15 avril 2019, à Pontarlier. Ses proches organisent une soirée durant laquelle sera diffusée le  film « Des nouvelles d’ici-bas », tournée par le réalisateur François Royet. Pendant six ans, le cinéaste  a suivi cette femme passionnée, engagée, empathique, humaine et responsable. Il a ainsi donné naissance au film « Des nouvelles d’ici-bas », qui raconte le parcours de Jeannine aux côtés des plus démunis.

L'interview de la rédaction / François Royet

Une fois la confiance instaurée, Jeannine Dessaye, un peu suspicieuse sur le bienfondé de cette démarche au départ, y a trouvé un intérêt. La capacité de ce film d’1h30 a rassemblé, a créé du lien avec les spectateurs et a provoqué le débat l’a rassurée. Face aux réactions du public, ces craintes ont été dépassées et ont laissé place à un autre regard. La futilité d’une telle démarche et la peur de donner une image fausse et peu valorisante de ses patients se sont effacées.  L’idée de faire comprendre ce qu’est la souffrance, la pauvreté et la fragilité  lui a plu. Le professionnalisme du réalisateur et  sa démarche humaniste, honnête et vraie ont apaisé l’infirmière, facilité les échanges et  rendu la collaboration plus aisée. « Jeanine a compris ce que l’on pouvait faire émerger chez les gens avec un film » conclut François Royet.

L'interview de la rédaction / François Royet

 

Le film « Des nouvelles d’ici-bas » sera diffusé ce mercredi soir,  à 20h, au théâtre Bernard Blier.

 

Le CRIC, le Centre de Ressources Iconographiques pour le Cinéma des Amis du Musée de Pontarlier rend hommage à l’acteur inoubliable qu’était Bourvil à travers une exposition rétrospective de sa filmographie en affiches. Il est possible de retrouver quasiment toutes les affiches de ses films exposées à la Chapelle des Annonciades à Pontarlier pendant deux semaines.  

« J’avais envie, depuis un bon moment, de rendre hommage à Bourvil, un acteur emblématique du cinéma français » indique Claude Bertin-Denis président du CRIC, une des sections des Amis du Musée de Pontarlier. Cet amoureux du cinéma collectionne les affiches depuis son enfance, si bien qu’il possède sans doute aujourd’hui la plus grosse collection d’affiches et de photos de films en France. « Je suis resté complètement amoureux de l’art pictural lié à l'affiche. Quand j’étais gosse, j'allais au cinéma pour l'affiche. Mon père m'emmenait au cinéma le dimanche après-midi, et il m’arrivait de faire le tour des trois cinémas de Pontarlier pour essayer de le convaincre de m'emmener où l'affiche était belle » raconte le sexagénaire.

« Bourvil était un homme extraordinaire, tant par ses qualités humaines, sa droiture, et le respect qu’on lui accordait pour sa rigueur au travail » souligne Claude Bertin-Denis. Le passionné a donc rassemblé quasiment toutes les affiches de sa filmographie, pour monter cette exposition avec les Amis du Musée de Pontarlier. Par ailleurs, Dominique Raimbourg, le fils de Bourvil, était l’invité d’honneur de cette exposition lors de son ouverture et ce dernier a même assisté à la projection « Le cœur sur la main » d’André Berthomieu, diffusée le vendredi 10 mars au cinéma de Pontarlier, dans une salle comble. Dominique Raimbourg en a profité pour passer trois jours dans la cité du Haut-Doubs. « C’était formidablement sympa » confie Claude Bertin-Denis.

 

 

« Bourvil savait tout faire. C’était un excellement musicien, il écrivait toutes les paroles de ses chansons. C’était aussi un danseur remarquable, un acteur magnifique, et même un athlète capable de réaliser des numéros assez incroyables. C’était vraiment un comédien et un artiste complet » raconte Claude Bertin-Denis. A travers cette exposition, on peut suivre sa carrière dans le temps, du début jusqu’aux années 50 avec des affiches remarquablement belles, réalisées par des artistes affichistes, souvent des peintres. « Et en fin de carrière, avec des affiches plus épurées à cause de la nouvelle vague » explique Claude Bertin-Denis.

 Il est possible d’assister gratuitement à cette exposition du lundi au samedi de 10h à 12h, et de 14h à 18h le dimanche.

 

Claude Bertin-Denis : 

 

 

 

La 48è cérémonie des César, qui récompense le cinéma français, se déroulera ce soir à l’Olympia à Paris. Elle sera diffusée sur Canal +.  Rappelons que cette année, la soirée est présidée par le Belfortain Tahar Rahim. Il sera aux côtés des neuf maîtresses et maîtres de cérémonie qui rythmeront cette grande messe du septième art. 24 catégories seront récompensées. Parmi les plus attendues, celles du meilleur film, de la meilleure réalisation, du meilleur acteur et de la meilleure actrice. Le coup d’envoi sera donné à 21 heures.