Choix du secteur :
Se connecter :
 

Ce jeudi 29 septembre aux alentours de 18h, un équipage de la BAC en patrouille sur le quartier de reconquête républicaine a constaté la présence d’un individu recherché pour plusieurs exécutions de décisions judiciaires. Ce quinquagénaire était condamné à 16 mois d’emprisonnement pour des vols. Il a été interpellé et placé en rétention judiciaire. 

Une femme a déposé plainte au commissariat de Pontarlier ce jeudi pour un harcèlement psychologique qu’elle subit depuis octobre 2021, date de la séparation de son conjoint. Ce dernier aurait exercé de très nombreuses pressions et menaces par téléphone, ce qui a été corroboré par différents témoignages. L’homme a nié les faits et a tenté de se justifier. Présenté ce jeudi devant le magistrat, il a été placé sous contrôle judiciaire strict et sera jugé en février 2023.

Les policiers bisontins sont intervenus dans la nuit de mercredi à jeudi, aux alentours de 4h, pour une rixe à proximité de la gare. Constatant la présence de deux individus, ils procèdent au contrôle du premier, présentant des signes d’ivresse. Ce dernier, refusant le contrôle, repousse physiquement les agents, avant d’être plaqué au sol et interpellé. Lors de son transport jusqu’au commissariat, le mis en cause porte des coups de pieds et de tête aux policiers, sans les blesser, et leur crache dessus. L’homme de 19 ans, placé en garde à vue, a indiqué ne plus se rappeler des faits. Sa garde à vue a été prolongée. 

Des tirs ont de nouveau été entendus dimanche soir 4 septembre aux alentours de 22h30 au niveau de la rue de Fribourg, dans le quartier Planoise à Besançon. A cet endroit se trouve l'un des plus gros points de deal du quartier, pour lequel s'affrontent plusieurs bandes responsables du trafic de drogue.

Il s'agirait "d'un tireur sur un scooter sans plaque, deux individus qui auraient fait feu en direction de deux autres individus qui ont pris la fuite" a indiqué le procureur de Besançon Etienne Manteaux lors d’une conférence de presse ce lundi en fin d’après-midi.

Poursuivi par la BAC pendant près de 17 minutes, c’est dans le quartier des Tilleroyes que ce scooter a pu être piégé par les policiers. Le véhicule se renversant, les deux individus ont tenté de prendre la fuite à pied avant d’être interpellés.

L’un des deux hommes était en possession de 6535€ en liquide ainsi que de 100g de d’héroïne. Aucune arme n’a été retrouvée sur eux, ce qui ne permet pas « d’en tirer une conclusion, 30min s’écoulant entre le moment des tirs et de l’interpellation. Ils ont eu tout le loisir de s’en débarrasser » a indiqué le procureur de la République.  S’il est trop tôt pour affirmer qu’ils sont les auteurs des tirs, et les impliquer dans ces dossiers, ils ont tout de même été placés en garde à vue. Le premier des ces deux hommes âgés de 20 ans était en évasion. Il exécutait des peines pour des faits de violence et avait bénéficié d’une permission de sortie dans le cadre du maintien des liens familiaux, et n’avait jamais réintégré sa maison d’arrêt. Il sera jugé mercredi en comparution immédiate pour refus d’obtempérer et trafic de stupéfiants. Son complice « très, très, très défavorablement connu des services » souligne Etienne Manteaux, a déjà fait l’objet d’innombrables condamnations.  

Ce mercredi, la police de Besançon organisait une importante opération de lutte contre les rodéos urbains. Après avoir saisi un véhicule suspect dans un garage à Chalezeule, les agents ont déployé leur dispositif dans le quartier de reconquête républicaine de Planoise. Depuis le jeudi 1er septembre, sur la plateforme en ligne MonCommissariat.fr, il est désormais possible pour la population de signaler où sont stocké les éventuels deux-roues ayant participé à des rodéos.

Dans le cadre de leur mission, les policiers sont parfois amenés à vérifier les parties communes des immeubles. C’était le cas ce mercredi, rue de Chalezeule. Un garage abritant trois engins motorisés, deux en règle, et une moto cross suspecte et non-homologuée. Après avoir saisi le véhicule qu’ils ont ensuite confié à la fourrière, les agents de police disséqueront les images des caméras du centre de surveillance urbaine pour déterminer si ce véhicule a participé à un ou plusieurs rodéos urbains. Ensuite, ils contacteront et convoqueront le propriétaire, afin qu’il se présente pour justifier de la propriété de la moto, et de son homologation.

La nouveauté mise en place depuis le 1er septembre est la plateforme numérique https://www.moncommissariat.interieur.gouv.fr/fr. Il est possible pour les personnes qui ont des informations, de signaler où sont stocké les éventuels deux-roues ayant participé à des rodéos.

Le reportage de la rédaction

Ce dimanche à 19h30 à Besançon, les policiers qui patrouillaient en mission de surveillance au centre-ville pour lutter contre les vols à la roulotte ont remarqué deux individus qui s’affairaient autour de voitures en stationnement au niveau du quai Vauban. En se rapprochant, les agents ont constaté que ces individus étaient déjà connus des services pour ce genre d’infractions. C’est lorsque l’un d’entre eux, celui qui faisait le guet pendant que son complice s’affairait sur une voiture, a reconnu le policier qu’il s’est mis à prendre la fuite. Les deux mis en cause ont rapidement été interpellés grâce au suivi du CSU. Ils ont été retrouvés en possession de divers petits objets. Les vidéosurveillances révélaient aussi que ces deux hommes de 25 et 22 ans ont dissimulé trois sacs de sport remplis d’autres objets dans des poubelles d’un porche. Ils ont été placés en garde à vue. Le plus jeune s’est vu notifier une obligation de quitter le territoire français, tandis que son complice faisait déjà l’objet de cette mesure.  

Ce jeudi 11 août vers 1h, une patrouille de police intervenait dans le quartier Battant à Besançon où un groupe de jeunes gens avaient eu un différend avec un individu alcoolisé. Sur place, il s’avérait que le mis en cause avait importuné une jeune femme dans un bar. Son ami se serait interposé et l’individu âgé de 32 ans aurait lancé des verres au visage du jeune homme, le blessant légèrement au niveau de la clavicule. Il aurait ensuite donné un coup dans le bras de la jeune fille. Lors de la palpation de sécurité, 45 grammes de résine de cannabis ont été retrouvé sur lui. Après avoir nié les faits, l’individu a fini par reconnaître qu’il aurait frappé la jeune fille mais ne se souvenait pas très bien de ce qu’il avait fait étant alcoolisé. Les victimes n’ont pas été encore entendues et ne sont pas joignables aussi bien par téléphone qu’en se rendant à leurs domiciles. L'homme de 32 ans a été placé en garde à vue.

Ce vendredi 12 août à Besançon, des policiers municipaux en patrouille ont repéré un véhicule qui présentait des parties saillantes sur la carrosserie. Après avoir intercepté le conducteur, ce dernier, mécontent, s’est énervé et a refusé de sortir du véhicule dans un premier temps. Ensuite, l’homme de 50 ans s’est levé brusquement, et a commencé à haranguer les passants. Il a finalement été menotté par les forces de l’ordre. Le mis en cause niait la rébellion et le défaut d’assurance, mais reconnaissait la conduite malgré la suspension du permis de conduire. Il a été placé en garde à vue et sera convoqué devant le tribunal le 16 janvier 2023.

Ce mardi, un individu a porté plainte pour des faits de violences aggravées. La victime a déclaré avoir eu un différend avec un individu sur un scooter puis avoir reçu des coups de poing et de casque aux alentours de 16h place Leclerc à Besançon. En effectuant une recherche sur le secteur, les policiers ont aperçu le mis en cause âgé de 18 ans sur un scooter. Il a été interpellé puis conduit au commissariat pour un placement en garde à vue.

Ce lundi à Besançon à 04h45 sur Boulevard Léon Blum, une femme de 35 ans s’est fait dérober son véhicule sous la menace d’une arme. La victime, était affairée à charger des affaires à l’intérieur de sa voiture afin de partir en vacances, lorsqu’elle s’est fait braquer par deux individus cagoulés et dont l’un était porteur d’une arme de poing de type pistolet automatique. La même journée, c'est un requérant qui a signalé la présence d’un véhicule similaire dans un garage rue des Oiseaux à Besançon. Un dispositif de surveillance installé par la BAC a abouti à l’interpellation de trois mineurs de 17ans à l’intérieur du véhicule. Ils ont été placés en garde à vue.

Une perquisition menée chez l'un a permis la découverte de deux armes type airsoft, de gants et des cagoules. Chez un autre était découvert deux cagoules et l’emballage d’un airsoft. Le premier a reconnu le vol de véhicule avec arme mais a refusé de donner les noms de ses complices. Il a justifié le vol du véhicule pour rembourser des dettes contractées. Les deux autres ont nié les faits et expliqué n’avoir fait que suivre leur ami sans connaître ses intentions.