Choix du secteur :
Se connecter :
 

C’est un véritable fléau. Depuis le début de ce nouveau mandat,  en 2020, près de 4000 élus ont démissionné en France. Ces départs ont concerné 238 maires, 773 adjoints et 2.976 élus municipaux. Dans le département du Doubs, le contexte est identique. A tel point que Patrick Genre, le président de l’association des Maires de France, s’en est ému auprès de l’instance nationale et son président David Lisnard. Ce dernier a d’ailleurs fait savoir ses  inquiétudes sur le sujet, il y a quelques jours, dans le journal « Le Figaro » et au gouvernement.

Dans le département du Doubs, ce sont une vingtaine de Maires qui ont jeté l’éponge. Les responsabilités, de plus en plus importantes, qui leur incombent, les tâches administratives et l’agressivité de certains administrés expliquent cette situation. « Les agressions se sont beaucoup développées. Il s’agit de violences physiques ou verbales » explique M. Genre. Et de poursuivre : « Ce mandat est particulier. La crise sanitaire est venue perturber les prises de fonction qui se sont faites à distance.  Toute la cohésion d’équipe, que l’on trouve en début de mandat,  n’a pas pu se faire correctement ».

« La plus belle fonction élective qui existe »

Patrick Genre reconnaît la complexité du rôle de Maire. « Il est fortement sollicité. Il est la personne vers laquelle on se dirige pour tous ses problèmes et il n’a pas toujours la réponse » explique l’édile pontissalien. L’inquiétude est grande pour l’avenir. Il n’y a qu’à se rappeler les soucis qui ont été enregistrés dans certaines communes, où il n’a pas toujours été facile de composer des listes lors des dernières élections municipales. Parfois, une seule liste était proposée au suffrage des électeurs.  « Ca peut être préoccupant. Je crois, qu’en 2020, près de 45% des maires ne s’étaient pas représentés. Je pense qu’ils seront plus nombreux en 2026 » argumente M. Genre.  Et de conclure : « J’espère qu’il y aura assez de femmes et d’hommes qui accepteront de prendre cette charge et cette fonction, qui est la plus belle fonction élective qui existe ».

L'interview de la rédaction / Patrick Genre

Après l’imbroglio juridique survenu lors du premier projet, qui a contraint son président Patrick Genre à annuler les démarches en cours, le projet de construction d’un centre aquatique intercommunal, sur le territoire du Grand Pontarlier, est de nouveau dans une phase active. Ce qui confirme, si tant est qu’il est utile de le faire, que la collectivité n’a pas laissé tomber son envie de voir s’installer un tel établissement sur la zone de l’espace Pourny.

Les démarches administratives réglementaires sont en cours. Vingt-six projets, venus parfois de l’étranger, ont été reçus par la collectivité. Quatre ont été choisis. A la mi-septembre, à la réception de tous les documents, un jury se réunira pour choisir définitivement le cabinet d’architecture, chargé de mener à bien le projet intercommunal. Le budget est estimé  à  27 millions d’euros. Il sera voté en fin d'année, en fonction du projet retenu. Précisons que la collectivité a d’ores et déjà défini les grandes lignes de ce bel investissement. « On veut être en capacité de proposer une offre éducative, de sensibilisation à la natation, sportive, à destination des clubs,  et familiale et ludique, avec des espaces de jeu » explique M. Genre.

Une ouverture possible en 2026

L’année 2024 devrait être consacrée aux différents appels d’offres, par le cabinet d’architecte retenu, qui effectuera une sélection des entreprises qui interviendront. Le premier coup de pelle pourrait être mené au début de l’année 2025, pour un accueil des premiers visiteurs dans le courant de l’année 2026.

L'interview de la rédaction : Patrick Genre, président de la Communauté de Communes du Grand Pontarlier

 

Naissances

08/04/2023 – Hortense de Dorian JACQUOT, agriculteur et de Marine RENOUD, infirmière.
09/04/2023 – Lison de Willy PONARD, coordinateur sécurité environnement et de Lauren COSTA, infirmière.
10/04/2023 – Jules de Thomas LEIBUNDGUT, grutier et de Marine PARIS, directrice accueil collectif de mineurs.
09/04/2023 – Aladin de Adel MESIC, opérateur sur commande numérique et de Ajla ARSLANOVIC, sans profession.
08/04/2023 – Ambre de Pierre VIVOT, manager et de Loren CORNEILLE, agent immobilier.
09/04/2023 – Beyza de Kadir TEKOL, façadier et de Dilek SAHIN, sans profession.
07/04/2023 – Lola de Cédric JOBERT, exploitant agricole et de Estelle KUTSCHIS, exploitante en transport routier.
10/04/2023 – Lucie de Thomas BOICHARD, responsable planification et de Cécile VITUS, comptable.
10/04/2023 – Angélina de Marc BRAZ GASPAR, carrossier et de Sophie GARCIA, secrétaire comptable.
10/04/2023 – Oscar de Cyril DREZET, ingénieur en micromécanique et de Camille LAPOSTOLLE, enseignante.
10/04/2023 – Emin de Erdi SIMSEK, opérateur et de Marion MATHIS, sans profession.
12/04/2023 – Athena de Frédéric GOUDOT, technicien agro-alimentaire et de Anaïs VUILLE, technicien agro-alimentaire.
12/04/2023 – Célestine de Vincent PUSARD, magasinier cariste et de Cécile BUFFET, assistante commerciale.
12/04/2023 - Chiara de Sébastien SOARES, acheteur et de Sabrina LUCCHESE, auxiliaire de vie à domicile.
12/04/2023 - Liv de Laurent MARGUET, chef d’entreprise et de Gwenaëlle POURCELOT, employée marketing.

Décès

07/04/2023 – Simone PARRENIN, 88 ans, retraitée, domiciliée à Le Russey (Doubs), célibataire.
08/04/2023 – Ginette JACQUEMOT, 89 ans, retraitée, domiciliée à Frasne (Doubs), veuve de Maurice CHENEVEZ.
09/04/2023 – Claude BRENET, 87 ans, retraité, domicilié à Montperreux (Doubs), veuf de Madeleine PAILLARD.
10/04/2023 – Louis MARTEAU, 82 ans, retraité, domicilié à Les Nans (Jura), époux de Gisèle VINAI.

10/04/2023 – Michael PERRIN, 45 ans, sans profession, domicilié à Pontarlier (Doubs), célibataire.
12/04/2023 – Etienne GAUME, 91 ans, retraité, domicilié à Le Russey (Doubs), époux de Jeannine CAGNON.
13/04/2023 – Pierrette DIÉLAINE, 91 ans, retraitée, domiciliée à Les Combes (Doubs), veuve de Ali GOGUILLOT.


150.000 euros. C’est le montant investi par la Ville de Pontarlier pour rénover ou installer de nouvelles aires de jeux sur son territoire. Au total, ce sont cinq structures qui ont été partiellement ou entièrement rénovées en 2022. Pour la collectivité, l’objectif est de permettre aux jeunes enfants de s’amuser en toute sécurité. Le square Clémenceau, le site de la rue Jean Monnet et une nouvelle aire de jeux, rue Albert Camus, à proximité de l’école Charles Péguy, dans le quartier du Bois de Doubs, font partie des investissements consentis.

NAISSANCES

30/03/2023 – Marin de Aurélien ETIEVANT, charpentier et de Florine CÔTE-COLISSON, opticienne.
31/03/2023 – Célina de Axel MAURY, opérateur et de Alexia D’ONOFRIO, hôtesse de caisse.
30/03/2023 – Léna de Reda-Mohamed ABDELHADI, ingénieur maintenance et de Karima MAHMANI, leader de prestations.
02/04/2023 – Maloë de Valentin PALA SANTOS, contrôleur de bus et de Amandine DOUTRELEAU, esthéticienne.
02/04/2023 – Noah de Maxime PETITE, mécanicien et de Claire-Alice FAYOLLE, secrétaire.
01/04/2023 – Nina de Vincent DREZET, ébéniste et de Jessica FRANCHINI, psychomotricienne.
03/04/2023 – Marcelin de Adrien THOMET, conseiller bancaire et de Laurine MASNADA, notaire.
01/04/2023 – Göktug de Osman DURAN, menuisier et de Emlik ÖZER, aide-soignante.
05/04/2023 – Samuel de Benjamin FRECHIN, opérateur industriel et de Océane EBEL, hôtesse de caisse.
04/04/2023 – Alessio de Randy PAGAUD, agent SNCF et de Tiffany DORNIER, aide-soignante.

MARIAGE

08/04/2023 - Eric HOAREAU, ouvrier d’abattoir et Chloé FRANÇOISE, vendeuse.

DECES

31/03/2023 – Dominique FRÉNOIS, 71 ans, retraitée, domiciliée à Pontarlier (Doubs), célibataire.
02/04/2023 – Jean-Marie FEUVRIER, 84 ans, retraité, domicilié à Le Russey (Doubs), veuf de Marie-Madeleine MAILLARD.
02/04/2023 – Pierre BORDY, 84 ans, retraité, domicilié à Pontarlier (Doubs), époux de Geneviève CHEVANNE.
02/04/2023 – Camille MARANDIN, 99 ans, retraitée, domiciliée à Saint-Antoine (Doubs), veuve de Denis DUBREZ.
02/04/2023 – Thérèse BENOIT, 85 ans, retraitée, domiciliée à Sombacour (Doubs), veuve de Georges NICOD.
04/04/2023 – Daniel MAIRE, 88 ans, retraité, domicilié à Morteau (Doubs), célibataire.
02/04/2023 – Axelle CHAUDOT, 52 ans, psychologue, domiciliée à Pontarlier (Doubs), célibataire.
04/04/2023 – Jean-Marie RELANGE, 76 ans, retraité, domicilié à Les Fontenelles (Doubs), époux de Clotilde MOUGIN.
06/04/2023 – Jeannine VIONNET, 89 ans, retraitée, domiciliée à Saint-Point-Lac (Doubs), épouse de Jules VERNEREY.
06/04/2023 – Charles ROUSSELET, 91 ans, retraité, domicilié à Bians-les-Usiers (Doubs), célibataire.
07/04/2023 – André BÉLIARD, 77 ans, retraité, domicilié à Vercel-Villedieu-le-Camp (Doubs), époux de Marie VIENNET.
07/04/2023 - Jacques BOLLE, 74 ans, retraité, domicilié à Granges-Narboz (Doubs), époux de Marie-Claire ROLLAND.

NAISSANCES

15/03/2023 – Jaimie de Tamara ZAMBRANO, contrôleuse qualité.
18/03/2023 – Mattia de Brice GASSIAT, ingénieur en génie biologique et de Célia PICCHIANTI, aide-soignante.
16/03/2023 – Maël de François REVENEY, agriculteur et de Aurélie LOMBARDOT, agricultrice.
18/03/2023 – Muhammed Ali de Sevki GÔDEK, charpentier et de Bûsra BÔLÛKBASI, employée.
18/03/2023 – Nahïl de Clément CAILLIER, opérateur horloger et de Sabrina GUERTIT, sans profession.
18/03/2023 – Matt de Donovoan BALIMANN, opérateur régleur et de Sophie KÜFFER, coiffeuse.
20/03/2023 – Nino de Thomas MOUGIN, bûcheron débardeur et de Elsa MOUREAUX, opérateur en horlogerie.
19/03/2023 – Maëlya de Dylan RONDOT, scieur et de Salomée GUY, agent de service hospitalier.
18/03/2023 – Axel de Alexandre STAB, agent de sécurité et de Léonie LONCHAMPT, ergothérapeute.
18/03/2023 – Armand de Antoine VIENNET, agriculteur et de Camille POZZA, professeur d’éducation physique et sportive.
20/03/2023 – Adnan de Muhammed KOKEN, opérateur et de Tugba KARDES, sans profession.
23/03/2023 – Sihanë de Qendrim UKZMAIL, technicien en bureau d’études et de Blertina SALIHU, vendeuse.

DECES

21/03/2023 - Jacques THÉOPHILE, retraité ouvrier horloger, domicilié à Villers-Le-Lac (Doubs) époux de Elisabeth MARCHOIS.
21/03/2023 – Khedidja BECHANE, retraitée, domiciliée à Pontarlier (Doubs) veuve de Hocine BEDJAOUI.
22/03/2023 – Lucienne PUGIN, retraitée ouvrière horlogerie, domiciliée à Montlebon (Doubs) épouse de Roger BOILLIN.
22/03/2023 – Gilles PANZA, retraité, domicilié à Vuillecin (Doubs) époux de Danielle THIEBAUD.
24/03/2023 – Michèle PETITJEAN, retraitée, domiciliée à Morteau (Doubs) épouse de Denis ROY.
24/03/2023 – Herminio RIBEIRO, retraité, domicilié à Morez (Jura) veuf de Adelina CASTANHEIRA RIBEIRO.

En cette journée mondiale de l’eau, Grand Besançon Métropole présentait la qualité de son eau de source, « La Bisontine ». Installés dans plusieurs établissements de grande distribution alimentaire du territoire, à Besançon, Chalezeule, Saint-Vit et Saône, les agents de la collectivité locale sont venus sensibiliser le grand public sur la qualité de l’eau du robinet et la protection de la ressource en eau.

A Besançon, certains consommateurs ne cachent pas leur méfiance vis-à-vis de cette eau qu’ils peuvent consommer à la maison notamment. Si la qualité n’est absolument pas remise en cause, la Bisontine est un plus indéniable pour le pouvoir d’achat des consommateurs et l’environnement. D’une part, parce l’eau du robinet est beaucoup moins chère que les différentes eaux de boisson que l’on trouve dans les rayons des magasins, mais aussi parce qu’elle ne fait pas appel à l’utilisation du plastique pour sa consommation.

La Bisontine pétillante

Riche en oligo-éléments et sels minéraux, la Bisontine est distribuée commercialement dans une version pétillante. Provenant essentiellement de la ressource de Chenecey-Buillon, elle est traitée par décantation, filtration et désinfection finale aux ultra-violets. Puis elle est embouteillée et gazéifiée par adjonction de gaz carbonique à Besançon par la société Rieme Boissons. Précisons que sa vente est uniquement assurée en bouteilles de verre consignées. On peut aussi la commander à table chez les restaurateurs.

L'interview de la rédaction / Frank Laidié, maire de Pugey, vice-président de la régie eau et assainissement à Grand Besançon Métropole

Le conseil départemental du Doubs fait savoir que les travaux de restructuration du pont des Rosiers, à la sortie de Pontarlier, en direction de Oye-et-Pallet,  vont se poursuivre, à compter du 11 avril et jusqu’au 2 juillet. Une seule voie de circulation sera fermée.

La circulation dans le sens Oye-et-Pallet – Pontarlier sera maintenue. L’autre sens sera dévié. Cette phase d’achèvement du chantier comprend la réalisation de l’étanchéité, la construction des trottoirs, la finalisation de la chaussée et des bandes cyclables et la mise en place de l’ensemble des équipements de l’ouvrage.

« Les amis des arbres », comme ils aiment se présenter, se sont réunis, ce dimanche matin, à Arçon, dans l’allée des tilleuls, où les quinze arbres qui animent les lieux sont désormais sous la menace d’un abattage. Vendredi, le tribunal administratif de Besançon faisait savoir que l’association « Arçon nature et patrimoine » était déboutée de sa demande d’annuler l’autorisation qui était accordée, par le préfet du Doubs, au Maire de la commune du Haut-Doubs,  pour abattre ces arbres remarquables.

Les manifestants, réunis autour de Christine Stumpf, la présidente du collectif, sont venus dire leur incompréhension.  Ils en sont convaincus « ces arbres ne représentent aucun danger ». Les dernières rafales de vent sont venues confirmer ces dires. La perte de ce patrimoine naturelle déchire les cœurs. « C’est somptueux. C’est une véritable cathédrale » explique Mme Stumpf. Elle s’interroge d’ailleurs sur le bienfondé d’une telle décision, alors que les périodes de sécheresse et les îlots de fraîcheur sont recherchés. « Je ne comprends pas qu’au 21è siècle, on bafoue ainsi l’environnement et la biodiversité. Je pense qu’il y a deux humanités. Une humanité qui respecte les arbres et l’ autre » conclut-elle.

L'interview de la rédaction / Christine Stumpf

 

Le week-end dernier, le JDD, le Journal Du Dimanche, publiait le top 500 des villes et villages de France. Là, où il fait bon vivre. 198 critères ont été définis pour départager les 35.000 communes françaises. Qualité de vie, sécurité, santé, transports et loisirs, commerces, protection de l’environnement, … ont été passés au crible. Dans le Doubs, Chalezeule, Pouilley-les-Vignes et Nommay apparaissent dans le palmarès des villages labellisés. Dans le Jura, on notera la présence de Perrigny, Choisey, Messia-sur-Sorne, Macornay, l’Etoile et Le Pin.

Jean-Marc Bousset, le maire de Pouilley-les-Vignes,, explique cette reconnaissance par la présence sur le territoire de la commune « d’une multitude de services pour la population ». « Les gens ont tout sur place. Ils évitent dans la mesure du possible de se rendre sur Besançon. Le cadre de vie est également agréable. On n’est pas tout à fait à la campagne mais presque. Tout concourt à ce que Pouilley-les-Vignes soit un village où il fait bon vivre » argumente l’édile.

S’installer à la périphérie de Besançon

Cette commune périphérique de la capitale comtoise, qui compte 2.200 habitants, connaît un regain d’intérêts depuis plusieurs années. Des lotissements, émanant du privé, sont sortis de terre. D’autres sont encore en projet. M. le Maire reconnaît que les demandes d’installation se multiplient. L’envie de devenir propriétaire, de posséder son chez soi, à la campagne, trouve écho dans cette société. « On recherche des petites parcelles, proches de Besançon, pour s’y installer » explique M. Bousset.

Ne pas devenir un village dortoir

L’édile se bat au quotidien pour conserver cette qualité de vie. Le contexte financier actuel oblige les communes à faire des choix. Il faut également être aussi en capacité de proposer des initiatives favorisant le vivre ensemble. Autrement dit, faire en sorte que ces communes ne deviennent pas des cités dortoirs. Le maintien de cet état d’esprit est parfois fragile, tant, depuis le covid-19, l’engagement associatif est devenu moindre.

L'interview de la rédaction : Jean Marc Bousset