Choix du secteur :
Se connecter :
 

La Ville de Besançon fait savoir qu’en raison des vents violents qui balayent le territoire, une trappe de la grande volière de la Citadelle s’est ouverte, provoquant une échappée d’oiseaux. Il s’agit de 6 Ibis Rouges, une Sarcelle de Bernier et une spatule rouge. Si vous les apercevez, n’hésitez pas à composer les numéros de téléphone suivants :  06.74.34.97.28 - 06.16.53.54.15 ou 06.30.62.68.54

Pour répondre complètement à la loi de 2024 sur la gestion et le traitement des biodéchets, Grand Besançon Métropole mène actuellement une expérimentation sur le territoire du quartier Pasteur, au centre-ville. Concrètement, il est proposé un nouveau service de collecte à vélo pour les déchets de cuisine. 1800 habitants du quartier sont concernés par cette initiative. Deux collectes seront assurées par semaine.

Compte tenu des contraintes particulières liées à la situation géographique du quartier, qui se trouve sur un périmètre historiquement protégé, avec des espaces restreints et une forte densité urbaine, la Direction de la Gestion des Déchets du Grand Besançon a imaginé une solution alternative et mobile au compostage individuel ou collectif. Munie d’un vélo, d’une remorque et de deux bacs, l’association Trivial Compost collectera les biodéchets des participants, qui seront ensuite acheminés jusqu’à un site de traitement, situé à Chemaudin.  Ce lundi après-midi, les locaux étaient invités à venir échanger et s’intéresser à l’action mise en place. Chacun s’est vu remettre un bioseau qui pourra être utilisé à chaque dépôt. Un sac pour la gestion du verre et un autre pour les recyclables étaient également à leur disposition.

biodechets quartier pasteur

Evaluation de l’expérimentation

BIODECHETS QUARTIER PASTEUR ELUS 1

 

La poursuite de cette expérimentation et sa déclinaison sur d’autres territoire dépendront de l’adhésion de la population. 1800 habitants sont concernés. La collectivité espère un taux d’adhésion à hauteur de 20% de la population de ce quartier du centre-ville bisontin. Un premier bilan sera effectué en juillet prochain. Cette première expérimentation est prévue jusqu’à la fin de cette année 2022.

Le reportage de la rédaction :  Cyril Devesa ( président du Sybert) et un Bisontin engagé dans cette action

A Besançon. Le comité local Jadot 2022 organise une vélorution ce dimanche à 15h. Elle se déroulera sur un parcours de 20 km, qui se déclinera en cinq étapes. Le départ s’effectuera Faubourg Rivotte, puis les participants traverseront le pont de la République, l’aire de jeux familiale de Velotte, la piscine et la patinoire Lafayette et le CHU Minjoz.

L’arrivée est prévue sur la place de la Révolution. Au cours de ce périple, Europe Ecologie Les Verts entend « échanger avec les participants et développer ce qu’une majorité écologiste au gouvernement changerait dans nos vies au quotidien ».

La 2e édition du festival Inter'Nature du Haut Jura se tiendra à Saint-Claude les 1er, 2 et 3 avril prochains. Des conférences, des films, des ateliers et des expositions sont au programme. L’objectif des organisateurs est avant tout de promouvoir la nature et sa biodiversité, de sensibiliser à sa beauté et sa préservation.

On notera également la présence de 26 photographes au Palais des Sports pour partager leur passion avec le public. Rendez-vous ce vendredi 1er avril de 13h30 à 19h, samedi 2 avril de 9h à 19h. et dimanche 3 avril de 9h à 18h. L’entrée est de 4 euros. C’est gratuit pour les moins de 14 ans.

Ce samedi 2 avril, l’association bisontine « les jardins des Vaîtes » et ses partenaires organisent une grande mobilisation. Dans le cadre du collectif des soulèvements de la terre, ils prévoient une grande manifestation, dont le coup d’envoi sera donné à 9h30 de la chambre d’agriculture à Besançon. L’arrivée est prévue aux Vaîtes. Elle se prolongera par une action de « reprise de terre ». A travers cette marche, les militants s’opposent catégoriquement au projet « de bétonnisation » de la Ville de Besançon. Le collectif d’associations mobilisé veut défendre le cadre de vie, les terres maraîchères et la faune et la flore présentes sur ce bel espace vert.  En parallèle de cette mobilisation, des jardiniers de Tourcoing, Besançon, Dijon, Rouen, Lille et Aubervilliers seront présents car Besançon sera la terre d’accueil des assises des jardins populaires en lutte.

« Zéro bétonnisation »

Le projet d’écoquartier, revisité par la nouvelle majorité écologiste, ne passe toujours pas. Les onze hectares sacrifiés dans un premier temps et les 23 autres plus tard sont de trop. Rappelons que pour l’heure, les travaux déjà engagés sont suspendus depuis 2019  suite aux décisions prises par le tribunal administratif de Besançon et le conseil d’état. Pour les collectifs engagés dans cette lutte, seules deux décisions sont souhaitées : la fin des travaux et la remise en état des espaces détruits.

La Ville de Besançon a décidé de participer à la 26è édition de l’opération Earth Hour, initiée par WWF. Ce samedi soir, à 20h30, les éclairages des bâtiments emblématiques de la ville seront éteints. Cela concernera : le Pont Canot, le monument aux morts des Glacis, l’église Saint Martin, l’entrée du fort Griffon, l’église Saint Pierre, le Musée des beaux-arts et d’archéologie et la Citadelle. Dans ce cadre-là, la collectivité invite les Bisontines et les Bisontins à prendre part à cette action symbolique, en éteignant également leurs lumières à 20 heures 30 ce samedi.

Dans le cadre de l’appel international de Fridays for Future, le groupe local « Youth For Climate » organisait un rassemblement au centre-ville de Besançon ce vendredi après-midi. Environ 250 jeunes, lycéens et étudiants, et moins jeunes ont répondu à l’invitation. Pour la nouvelle génération, il était important  d’agir à quelques semaines de l’élection présidentielle. Les participants regrettent que les candidats à la présidence de la république ne fassent pas de la protection de l’environnement une priorité. « C’est criminel de ne pas agir » ont scandé les participants, qui veulent assumer pleinement la responsabilité dont ils se sentent investis.

MANIF CLIMAT 2

Le capitalisme a également été pointé du doigt. Selon les organisateurs de la manifestation « les nations riches sont responsables de 92% des émissions mondiales ». C’est avec crainte et colère que ces jeunes ont manifesté. Clairement, ils demandent « des mesures pour lutter ». De futurs rassemblements sont d’ores et déjà envisagés. Le futur président de la République est prévenu.

MANIF CLIMAT

 

L'interview de la rédaction

C’est un projet qui tient à cœur Anne Vignot, la présidente de Grand Besançon Métropole.  Soucieuse du bien-être et de la santé de ses concitoyens, lors des périodes de grande chaleur, l’édile bisontine et sa majorité ont lancé des travaux de végétalisation des espaces à proximité des arrêts de bus et de tram de la cité comtoise.

VEGETALISATION chu 4

Engagés le 10 janvier dernier, les travaux sur le parvis du CHU Jean Minjoz sont terminés. La maire de Besançon a fait de cet endroit une priorité. D’une part, pour le confort aux usagers évoqué précédemment, mais aussi pour les visiteurs de l’hôpital Minjoz, qui ont besoin également d’un havre de paix pour se ressourcer et prendre du recul dans les moments les plus difficiles.

vegetalisation chu

Les travaux réalisés

600 m2 ont été désimperméabilisés sur une surface de totale de 3200 m2. Une soixantaine d’arbres ont été plantés. Différentes variétés ont été choisies en tenant compte du cône d’envol de l’hélicoptère et de leur résistance à la sécheresse. Par ailleurs, sur la strate basse de 420 m2, plus de 3000 fleurs ont été semées. Ce sont les enfants de la crèche de l’hôpital qui ont mis en terre les dernières.  Selon Grand Besançon Métropole, cette végétalisation diminuera de plus de 20% l’effet de l’ilot de chaleur urbain sur ce secteur. Pour ces travaux, Grand Besançon Métropole a investi 150.000 euros avec le soutien de l’Agence de l’Eau de Bourgogne Franche-Comté.

vegetalisation chu 2

Dans le cadre de la 30è édition de la journée mondiale de l’eau, Grand Besançon Métropole a présenté sa nouvelle marque d’eau « la Bisontine », qui se décline désormais sur l’ensemble du territoire Grand Bisontin. En 2006, une première étape avait été franchie en imposant cette marque sur la seule ville de Besançon. Depuis 2018, la compétence de l’eau a été transférée au Grand Besançon, qui a tout naturellement décliné ce concept à l’échelle de son territoire.

Par ailleurs, dans le cadre d’un partenariat avec la société Rième Boissons, il a été décidé de produire de l’eau pétillante,  qui est désormais disponible dans certains établissements et restaurants du département. Rappelons que cette eau a été mise en valeur par la collectivité pour promouvoir sa qualité auprès du grand public. Comme l’explique Christophe Lime, le président du Conseil d’exploitation de la régie eau et assainissement du Grand Besançon, pour respecter les valeurs du développement durable,  la zone de distribution du produit s’effectue sur les secteurs les plus proches de Besançon, sous la forme de bouteilles consignées. L’élu bisontin est fier d’affirmer que l’eau bisontine, en plus de sa qualité irréprochable, est peu coûteuse.

 

 

Dans le cadre de la Journée internationale des forêts, l'ONF et ses partenaires organisent une animation gratuite ce dimanche  20 mars pour faire découvrir la réserve naturelle de la Grand Côte. Le rendez-vous est prévu, de 10h à 16h,  à la forêt domaniale du Mont Sainte-Marie sur les parkings de Remoray et de Labergement-Sainte-Marie.

Des départs sont prévus toutes les heures (retour libre). Six kilomètres de marche sont au programme Comptez sur 2h30 d’intervention.

Inscriptions en ligne : https://www.onf.fr/vivre-la-foret/+/13f1::venez-decouvrir-la-reserve-biologique-integrale-de-la-grand-cote.html

Possibilité de se renseigner à la Maison de la Réserve au 03.81.69.35.99 ou à l’ONF au 06..86.21.24.74