Choix du secteur :
Se connecter :
 

Fonctionnelle depuis le mois de novembre 2022, l’école maternelle de Malbuisson vient d’être inaugurée. D’un montant d’un million d’euros hors taxe, les travaux menés ont permis de donner naissance à une école répondant aux enjeux environnementaux du moment. Claude Lietta, le maire de la commune du Haut-Doubs, ne cache pas son contentement. « Elle donne vraiment satisfaction. Les premiers retours sont intéressants » explique l’édile. En plus de son côté fonctionnel, qui répond pleinement aux attentes de l’équipe pédagogique, la nouvelle infrastructure, dite passive,  a été conçue de manière à réduire la consommation d’énergie. Une démarche bonne pour la planète et le portefeuille de la municipalité.

Claude Lietta et son conseil municipal ont fait les comptes. Grâce à cet investissement, le coût de la facture énergétique, sur une période de six mois, par rapport à un bâtiment isolé normalement, sur une superficie de 400 m2, est divisé par sept. De 14.500 euros, la note attendue est estimée à 2400 euros sur cette même période, dans un contexte identique. « Le gain est énorme par rapport à un bâtiment traditionnel. Le retour sur investissement en huit, dix ans sera assuré » termine M. Lietta.

ECOLE MALBUISSON nature environnemennt passive

Le visage de la nouvelle école

La nouvelle école se décline en un accueil périscolaire au rez-de-chaussée pour les enfants 220 enfants  inscrits au RPI que Malbuisson forme avec Montperreux. A l’étage, deux salles de classe ont vu le jour. Soit une superficie totale de 400 m2. Les petits élèves du Haut-Doubs évoluent désormais dans une structure agréable, adaptée et en lien total avec ce que l’on peut attendre d’une telle bâtisse en 2023.

L'interview de la rédaction : Claude Lietta, Maire de Malbuisson

 

 

Dans un contexte de réduction des déchets à des fins institutionnelles et financières, Préval développe actuellement, sur le territoire du Haut-Doubs, une organisation pour la collecte des biodéchets. La gestion des ordures ménagères revêt un enjeu tout particulier.

D’une part parce que, d’ici 2014, les collectivités doivent proposer des solutions aux habitants pour qu’ils puissent trier et valoriser leurs déchets. Et ce, dans le cadre du renforcement de la réglementation nationale autour du tri et de la valorisation des biodéchets, avec l’entrée en vigueur de la loi Anti-Gaspillage pour une économie circulaire. D’autre part, 30% des ordures ménagères peuvent être compostées. Une quantité non négligeable qui permet d’alléger le poids des poubelles, et donc le portefeuille, et valoriser cette matière première, qui se transforme en ressources pour le sol et constitue une alternative naturelle aux engrais chimiques.

Le Val de Morteau

Des composteurs collectifs de quartier ont été installés à Morteau et dans les communes environnantes. Il s’agit, en fonction du contexte, de composteurs pavillonnaires, au pied d'immeuble et dans les quartiers. D’ici les trois prochaines années, 60 sites supplémentaires seront équipés de ces installations. Grâce à la mise en place d’une équipe dédiée à la thématique des biodéchets  et la diffusion d’un programme d’animations/formations, les usagers sont accompagnés. En fonction des situations territoriales et des politiques mises en oeuvre, les habitants peuvent installer des composteurs pavillonnaires, ou en pied d'immeuble Actuellement, sur le territoire du Haut-Doubs, 60% de la population composte déjà, à la maison, en habitat collectif, ou à l’échelle d’un quartier ou d’une commune.

L'interview de la rédaction : Lionel Malfroy, Vice-président de Préval, en charge des biodéchets

A l’initiative du préfet du Jura se sont tenues, hier, les Assises départementales de l’eau. Les collectivités territoriales, les acteurs socio-économiques et l’ensemble des partenaires compétents dans le domaine de l’eau étaient présents.  Les enjeux sont importants.

L’été 2022 est venu nous le rappeler. La préservation de la ressource en eau est une priorité. Ces Assistes départementales permettront d’associer tous les participants à l’écriture d’un plan d’action départemental à travers quatre thématiques : la préservation de la ressource et des milieux naturels, l’alimentation en eau potable, les différents usages et l’organisation et l’accompagnement des collectivités.


Depuis le 22 avril dernier, la Maison de la Réserve de Labergement-Sainte-Marie présente l’exposition « biodiversité ». Elle est visible dans les murs de la structure du Haut-Doubs tous les week-ends et les jours fériés. Il sera également possible de la découvrir durant toute la prochaine période estivale.

Créée en interne, cette exposition se veut pédagogique. Elle se veut didactique et grand public. Son objectif permet d’évoquer la biodiversité. C’est à dire de définir ce concept, les enjeux, les menaces qui pèsent sur elle et ses apports. Une partie est également consacrée aux petites actions du quotidien qui permettent, à notre niveau, de la préserver. Installée au sein d’un laboratoire pédagogique, chacun, petits et grands, est invité à faire cette immersion et à se glisser dans la peau d’un véritable naturaliste.

EXPO LABERGEMENT 2

 Différents outils pédagogiques à disposition

Les moyens proposés pour informer, sensibiliser et faire comprendre sont divers et variés. Ainsi, des supports muséographiques sur la biodiversité et des ateliers pédagogiques sont déclinés pour intéresser les visiteurs. Les lichens comme indicateurs de la qualité de l’air, les invertébrés aquatiques, bioindicateurs de la qualité de l’eau, la reconnaissance par le chant de quelques oiseaux, la détermination de crânes de mammifères et le bois mort source de vie, … sont quelques-unes des découvertes, sur paillasse, qu’il est possible de mener. Autant de riches expériences qui feront évoluer le regard et les connaissances de chacun.

La maison de la réserve ?

EXPO LABERGEMENT 3

 

Cette exposition a été financée dans le cadre du plan de relance de l’état. Elle a été écrite, pensée et conçue par les équipes de la maison réserve, auxquelles se sont associées quelques prestataires techniques. Liée à la réserve naturelle du lac de Remoray, haut lieu de biodiversité en France, la maison de la réserve a pour mission de protéger et gérer le site. Elle réfléchit également à des actions éducatives pour sensibiliser, tous les publics, à la protection de l’environnement. C’est donc dans ce cadre là que cette nouvelle exposition voit le jour.

L'interview de la rédaction : Laétitia Albertini Dubau, coordinatrice de la Maison de la Réserve

 

Ce vendredi et ce samedi se tient l’ambitieuse première édition du Festival du Climat dans la commune de Pirey (25). À travers plusieurs expositions, concerts, ateliers et projections de documentaires, pendant deux jours cette manifestation est l’occasion parfaite pour comprendre un peu plus l'enjeu du dérèglement climatique.  

Sensibilisation au vert, pour tous et par tous ! 

Initié par la mairie de Pirey, le Festival du climat a pour but de rassembler toutes les générations autour des questions d’écologie. Un bon nombre d’idées vertes seront présentées par plusieurs associations et partenaires, afin d’inspirer à des gestes écoresponsables.  Cette première journée est ouverte aux  écoles du Grand Besançon, afin d’envisager l’avenir et de porter un regard sur la vie en 2050, à travers plusieurs travaux présentés. Ce vendredi soir, les habitants de Pirey seront conviés pour une fresque du climat, de 18h30 à 21h30. 

Le public pourra accéder au festival gratuitement ce samedi,  lors de la seconde journée. Il aura l’occasion de découvrir les nombreux ateliers qu’ils soient sportifs, familiaux, artistiques ou musicaux, animés par les associations présentes, toutes liées par l’écologie.  Précisons que cet événement engagé est parrainé par l’ultra-traileur Xavier Thévenard, un franc-comtois lui-même très concerné par la cause environnementale.  

L'interview de la rédaction : Stéphane Bonnotte, l'élu en charge de l'évènement

La ville de Besançon indique que, suite à la chute de deux arbres, elle a décidé de fermer le square de la place de l’Europe au public. La cité a mené des investigations sur les arbres à proximité immédiate. Celles-ci ont révélé la présence massive d’un champignon qui ronge
les systèmes racinaires. Son développement est favorisé lorsque les arbres sont notamment en manque d’eau.

Lundi, deux arbres seront abattus place de l’Europe. « Cette mesure de sécurité est une
nécessité, car sans racines, les arbres perdent leur ancrage au sol et deviennent très fragiles » explique le communiqué de presse.  Le square restera fermé jusqu’à la réception des analyses réalisées sur l’ensemble de la place ».

Ce vendredi, Serge Castel, le préfet du Jura, a reçu les 22 premiers lauréats jurassiens du Fonds vert. Rappelons que dans le département du Jura, 6,3 millions d’euros sont dédiés à ce dispositif, permettant aux territoires de mener des politiques efficaces en matière de performance environnementale, d’adaptation du territoire au changement climatique et d’amélioration du cadre de vie.  Il est également utile d’ajouter que le dispositif « fonds vert », au plan national,  est doté de 2 milliards d’euros de crédits déconcentrés aux préfets.


Le conservatoire botanique national de Franche-Comté appelle à la mobilisation de tous. Deux enquêtes ont dernièrement été lancées. La première consiste à recenser les plantes printanières de notre région. L’autre a pour objectif d’inventorier les insectes et invertébrés présents sur notre territoire. La structure compte sur cette participation pour renseigner ses bases de données sur la biodiversité.

Pour tout savoir sur cette démarche citoyenne, n’hésitez pas à rejoindre le site internet de l’organisateur : https://cbnfc-ori.org/

Les sapeurs-pompiers du Jura sont intervenus ce dimanche après-midi à Orchamps pour une pollution par hydrocarbures sur le canal du Rhône au Rhin. Les secouristes ont mis en place un produit au moyen d’une embarcation pour traiter la pollution. Aucune incidence n’est enregistrée sur la circulation fluviale. Trois engins et six sapeurs-pompiers se sont rendus sur les lieux.

Dans le cadre de la journée internationale des forêts, les étudiants en licence professionnelle conseiller forestier du Centre de Formation de Chateaufarine organisait, ce mardi à Orchamps-Vennes, une grande journée de présentation de la filière bois. Près de 400 jeunes, scolarisés en 3è et 4è, des collèges du Haut-Doubs, ont été conviés à cette opération. Les organisateurs avaient prévu un riche programme. Au menu des ateliers de découverte avec les acteurs de la filière, des visites de scierie et une plantation d’arbres.

orchamps vennes scierie 4

Dans un secteur en tension, il est important de sensibiliser la nouvelle génération aux métiers de la forêt. Grâce à des activités virtuelles, des actions sur le terrain et des visites d’entreprise,  la jeunesse a pu découvrir les multiples opportunités professionnelles liées à ce secteur d’activité et les évolutions techniques et technologiques qui les accompagnent. Aujourd’hui, comme dans de nombreux domaines, les outils et les moyens qui font partie prenante de ces métiers ont considérablement évolué.  L’informatique gagne du terrain et facilite certaines opérations fastidieuses. Les conditions de travail s’améliorent. Tout en permettant à l’homme de conserver son expertise et son savoir-faire, que la machine n'est pas en mesure de remplacer.

orchamps vennes scierie 3

Une diversité de métiers

Gestion de la forêt, bûcheronnage, débardage, sylviculture, … . Les compétences sont multiples. De la première transformation du bois à la gestion de la forêt et ses plantations, les professionnels doivent s’adapter. « Aujourd’hui, on ne parle plus de scieurs, mais d’opérateurs de scierie. Le changement climatique oblige également  à s’ouvrir sur d’autres horizons. Les réflexions se portent sur l’aménagement de la forêt. Les fortes températures et leur impact sur le massif forestier jurassien oblige les professionnels et futurs professionnels à se poser les bonnes questions pour ne pas entacher l’avenir de ces espaces si importants pour la biodiversité, l’écosystème et l’économie locale.

orchamps vennes scierie 2

Le reportage de la rédaction : Rémi Dordor ( étudiant au CFA de Chateaufarine). Mickaël Perrot (formateur au CFA de Chateaufarine)