Choix du secteur :
Se connecter :
 


La Ville de Besançon renouvelle actuellement ses conseils d’habitants. Jusqu’au 23 juillet, tous les Bisontines et les Bisontins peuvent s’inscrire. Cette instance permet aux habitants d’être consultés sur les projets en cours, d’échanger sur les besoins et les attentes des habitants et de faire émerger de nouvelles idées pour le quartier. Pour s’inscrire, on a mis tous les liens qu’il faut sur pleinair.net

Pour s’inscrire ?


- par courrier à l ‘adresse suivante : Mairie de Besançon, service démocratie participative, 2 rue Mégevand 25034 Besançon cedex
-par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
-en ligne via le formulaire https://enquetes.grandbesancon.fr/index.php/583893?lang=fr
-en le déposant sur place au centre municipal Sancey , 27 rue Sancey 25000 Besançon

Dans un communiqué de presse, le député jurassien Jean-Marie Sermier se félicite de la nomination, sur ses conseils et ceux de Marie-Christine Dalloz, de Romain Berthet (23 ans) en tant que responsable départemental des jeunes Républicains du Jura.

Agé de 23 ans, cet habitant de Tavaux, est un jeune diplômé de l’école d’ingénieur ESEO et spécialiste dans la gestion et l’analyse des données. Le parlementaire jurassien le présente comme « très investi dans la vie du mouvement, dont il est membre du Comité Départemental des Républicains du Jura depuis 2016 ». Il s’est également mobilisé à l’occasion des récentes campagnes électorales.

Jean-François Colombet, le nouveau préfet du Doubs, prendra officiellement ses fonctions ce lundi 12 juillet à 15h30. A 11h, le représentant de l’état se rendra au mémorial de l’esplanade des Glacis à Besançon, en l’honneur des victimes de guerre, puis au monument aux morts de la préfecture.

A 15h30, il recevra les représentants de la presse régionale. M. Colombet exerçait jusqu’à présent à Mayotte. Il succède à M. Joël Mathurin, nommé dans le Morbihan.

 

La sénatrice LR du Jura Marie-Christine Chauvin s’est, semble-t-il, inquiétée de la situation de lycée Victor Considérant de Salins-les-Bains. Suite au mail envoyé par le collectif d’enseignants mobilisés, elle a pris contact avec le proviseur du lycée Victor Considérant et l’inspecteur d’académie. « Un travail constructif est en pleine concertation et en palace » assure-t-elle.

Gilles Platret, candidat battu aux dernières élections régionales en Bourgogne Franche-Comté et maire LR de Chalon-sur-Saône vient d’être nommé, lors du bureau politique du parti, porte-parole des Républicains. Un poste qu’il partagera avec la députée européenne Agnes Evren.


La députée LR du Doubs, ancienne maire de Morteau, Annie Genevard, a été nommée numéro 2 des Républicains, en remplacement de Guillaume Peltier. Ce dernier avait dernièrement excédé les responsables de son parti en estimant pouvoir « travailler avec Robert Ménard », le maire de Béziers, portant les couleurs du Rassemblement National. Christian Jacob a réagi et a choisi d’écarter Guillaume Peltier. Annie Genevard accède à un poste clé à quelques mois de la présidentielle.

En plein départ en vacances des Français, le délicat sujet de la réforme des retraites et de l’éventuel report de l’âge de départ à 64 ans suscitent de nombreuses réactions. Les syndicats et les concernés ne sont pas indifférents à ce qui se passe actuellement dans le pays. La rédaction a rencontré José Avilès, le secrétaire départemental de la CGT.

La CGT invite le gouvernement à s’ouvrir et à écouter les syndicats qui ont des propositions à formuler sur le sujet. Pour le responsable doubiste, dans un contexte où les jeunes ne trouvent pas de travail, d’autres choix politiques et sociétaux, préservant le système par répartition actuel, sont possibles. Pas question également d’accepter les sempiternels arguments concernant le déficit du régime des retraites, après les 550 milliards d’euros donnés aux entreprises durant la pandémie « sans garantie ».

« Il faut revenir à la réalité. Il faut arrêter de faire travailler les gens tardivement. Ils espèrent à une vie après la retraite. Ils espèrent vivre décemment du fruit de leur travail » complète M. Avilès. Et de conclure : « Il y a quelque chose qui ne va pas. On est encore complètement en décalage. Partir à la retraite à 62 ans, c’est déjà énorme. A la CGT, nous préconisons un départ à 60 ans ».
La rentrée sociale devrait être agitée en France. D’autant plus qu’une grande échéance électorale se profile en 2022. Emmanuel Macron et le gouvernement le savent très bien.

L'interview de la rédaction  / José Alvilès, secrétaire départemental de la CGT

Dans un communiqué de presse, le collectif RN 5,7° qui se mobilise contre l’élargissement de la RN57 entre beure et Micropolis, dénonce la décision des élus de Besançon et du Grand Besançon qui se sont positionnés en faveur de ce projet.

Les militants regrettent que ces derniers n’aient pas compris « l’urgence climatique et ses conséquences sur l’avenir ». Il est évoqué « un projet mortifère ». Il est également pointé le coût que représente ce chantier de 130 millions d’euros, pour lequel Grand Besançon Métropole apportera 32 millions.

La Préfecture du Doubs semble siffler la fin de la polémique concernant l’annulation du défilé militaire du 14 juillet à Besançon. En concertation avec le Général Commandant la 1ère division et Commandant d’armes de la garnison de Besançon et la Ville de Besançon, il a été décidé que la cérémonie du 14 juillet prochain se déroulera, comme l’année précédente, au mémorial des Glacis à Besançon à 10h00. La cérémonie de cette année mettra à l’honneur les personnels des trois fonctions publiques qui ont tout particulièrement œuvré contre la pandémie de COVID19.

Concernant, le défilé, il est expliqué « qu’en raison du contexte épidémique et de l’aménagement des différentes phases de déconfinement, le traditionnel défilé Avenue de l’Helvétie n’a pu être organisé dans des délais contraints permettant de concilier logistique et réglementation sanitaire pour l’ensemble des participants ».

« Besançon Maintenant », l’opposition de droite au conseil municipal de Besançon dénonce à son tour l’annulation du défilé militaire du 14 juillet dans la cité comtoise. Ludovic Fagaut et ses amis demandent « solennellement » à Anne Vignot « de revenir sur sa décision ».

Et de conclure : « Il est encore temps de réparer cette erreur et de maintenir le traditionnel défilé militaire du 14-juillet à Besançon (dans un format adapté à la crise sanitaire si nécessaire) ».