Choix du secteur :
Se connecter :
 


Les conscrits des Monts de Villers sont au rendez-vous. Ils vous souhaitent le meilleur pour l’année 2022. Merci les jeunes. Si vous aussi vous vous mobiliser dans votre commune, n’hésitez pas à nous envoyer vos photos à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


A Arçon, la tradition est également respectée. Malgré le contexte sanitaire du moment, la jeunesse du village est présente et se fait entendre. Si vous aussi vous vous mobiliser dans votre commune, n’hésitez pas à nous envoyer vos photos à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Que cela fait du bien de voir ces belles images festives. Bravo à ces jeunes qui se mobilisent dans leur village, malgré les conditions particulières. On apprécie. Les conscrits des villages de Lièvremont-maison du bois, Montflovin et Hauterive vous souhaitent une bonne et heureuse année 2022. Merci les jeunes.  Si vous aussi vous vous mobiliser dans votre commune, n’hésitez pas à nous envoyer vos photos à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Les conscrits de la Rivière Drugeon sont présents pour faire perdurer la tradition malgré le contexte sanitaire du moment. Ils en profitent pour vous souhaiter une bonne et heureuse année 2020. Merci à eux.

Si vous aussi vous vous mobiliser dans votre commune, n’hésitez pas à nous envoyer vos photos à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Malgré cette période encore compliquée, les traditions perdurent. On ne peut que s’en féliciter. Bravo les jeunes saugeais. C’est ainsi que cette joyeuse troupe vous souhaite une très bonne et heureuse année 2022.

Si vous aussi vous vous mobilisez dans votre commune, envoyez-nous vos photos à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Un recrutement de policiers adjoints (nouvelle appellation remplaçant les adjoints de sécurité) pour la zone Est est en cours. Les départements du Doubs et de la Haute-Saône sont concernés. L'affectation du candidat à l'issue de sa formation se fait dans le département choisi par l’intéressé lors de son inscription au concours. Rappelons que cet emploi concerne les 18-30 ans. Aucun diplôme n’est exigé. Il faut avoir la nationalité française.

Il s’agit d’un contrat à durée déterminée d’une durée de 3 ans (renouvelable une fois). La rémunération est de 1304 euros net.  La date limite des inscriptions au concours est fixée au 26 janvier prochain.
Pour candidater en ligne : https://www.devenirpolicier.fr/agenda/du-13-decembre-2021-au-26-janvier-2022

 

Ce samedi 11 décembre, le lycée Louis Pergaud organise son forum des grandes écoles de commerce. Les étudiants, lycéens et leurs familles pourront circuler parmi les stands représentant la plupart des grandes écoles de management et échanger avec des étudiants actuellement en école. On notera également la présence des professeurs des classes préparatoires du lycée Pergaud pour renseigner les visiteurs sur les meilleures voies pour intégrer ces établissements.

Deux rendez-vous sont à noter : A 10h : une conférence animée par Romain Casiez de Burgundy School of Business de Dijon sur le thème : « Pourquoi faire une classe préparatoire pour intégrer une grande école de management ? ». A 11h : une table ronde sur la problématique « Quels métiers après une grande école ? », en présence d’anciens étudiants actuellement en activité qui viendront présenter leurs parcours professionnels.

Les huit caisses primaires d’Assurance Maladie et le Crous Bourgogne-Franche-Comté ont signé le 26 novembre une convention de partenariat afin d’accompagner les étudiants de la région dans leurs démarches d’accès à la santé et de prévention. L’objectif est de favoriser l’accès aux droits des étudiants, y compris des étudiants internationaux, agir sur les difficultés d’accès aux soins ou le renoncement aux soins et renforcer l’information et l’accompagnement en santé des étudiants.

Deux chiffres sont à retenir : un tiers des étudiants déclare avoir renoncé au moins une fois à des examens ou soins médicaux au cours des 12 derniers mois pour des raisons financières.  Près d’un étudiant sur trois (31 %) a présenté les signes d’une détresse psychologique durant le confinement en 2020.

Ce samedi, Micropolis Besançon accueille Studyrama, le salon de l’orientation. Masqués et munis de leur passe sanitaire, lycéens, le plus souvent accompagnés de leurs parents, et étudiants sont nombreux à faire le déplacement pour se choisir un avenir. En pleine crise sanitaire, et a quelques semaines de faire connaître leurs premiers vœux sur la plateforme parcoursup, nous leur avons demandé si leur manière de penser leur orientation avait changé avec la crise sanitaire ambiante ? Réponses de jeunes.

STUDYRAMA 2

Les incertitudes et les difficultés de trouver la bonne formation professionnelle et l’école la plus adaptée sont bien réelles, mais elles ne sont pas liées à la crise sanitaire du moment. Les jeunes ont conscience de la réalité, mais ils croient en l’avenir. L’intérêt pour la formation qui leur ouvrira les portes du métier qu’ils veulent faire reste une priorité. Les parents d’ailleurs les encouragent en ce sens. « Ils souhaitent le meilleur pour nous et que l’on réussisse » raconte Thibaut. Néanmoins, ces jeunes gens ont conscience qu’en raison de la pandémie, certaines professions  vont évoluer avec les savoir-faire qui en découlent. C’est donc toute la réflexion qui est menée. Autrement dit, s’adapter aux nouvelles exigences de l’instant, imposées par une crise sanitaire qui a remis en cause certains schémas. Garder son objectif, tout en essayant de contourner l’obstacle, et se former en tenant compte et en anticipant les  enjeux de demain. Pour d’autres, la crise les a conduits à repenser leur projet.  Les conditions de travail dégradées et difficiles dans le secteur de la santé par exemple sont à l’origine d’une toute autre réflexion .

STUDYRAMA 3

 

Partir à l’étranger

Reste le problème des formations à l’étranger. « Faut-il prendre ce risque ?  Et si je me retrouvais sans rien en raison de la fermeture des frontières » s’interroge ce lycéen. L’idée d’intégrer le programme Erasmus reste son souhait premier, mais les incertitudes actuelles et futures ne sont pas pour le rassurer concrètement. Alors, « histoire d’assurer (ses) arrières », on envisage quand même un plan B dans la région.

Le 15è salon Studyrama se tiendra ce samedi 27 novembre à Micropolis Besançon. Cette manifestation s’adresse aux lycéens, étudiants et leurs familles. D’ici quelques semaines, les lycéens vont devoir faire connaître leurs premiers choix d’orientation. Autant dire que cette manifestation est la bienvenue. A Besançon, les 15-29 ans représentent près de 29% de la population et ils sont 30.000 à avoir choisi cette ville pour y faire leurs études supérieures.

Ce samedi, à Besançon, une centaine d’exposants seront présents. Ils déclineront au total 400 formations dans des domaines extrêmement variés (art, sport, management, ingénieur, numérique, commerce,…). Professionnalisation ou généraliste ? En alternance ou en initiale ? Les possibilités sont multiples et répondent aux choix et projets des jeunes. Universités, écoles spécialisées, grandes écoles, prépas, … accueilleront les visiteurs.  Des formations, longues ou courtes, professionnalisantes ou généralistes, allant de Bac à Bac +5, BTS, DUT, Licences, Masters, … seront proposées.  

Rendez-vous ce samedi, de 9h à 17h, à Micropolis Besançon. Entrée gratuite.

L'interview de la rédaction / Thomas Durieux, responsable du salon Studyrama de Besançon