Choix du secteur :
Se connecter :
 

Sud-Rail et CGT Cheminots ont déposé deux préavis de grève en pleine période des vacances scolaires. Le premier est prévu entre le 15 et le 19 février. Le deuxième prévoit une reconduction du mouvement à partir du 15 février. Les dernières annonces de  Jean-Pierre Farandou, annonçant une prime exceptionnelle et 1000 embauches, en plus des 7300 prévues,  n’ont pas été jugées suffisantes.

Le Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté vote son budget primitif 2024 jusqu’à vendredi. Un budget qui s’établit à près de deux milliards d’euros. Dans un contexte des plus difficiles, lié à une forte inflation et des recettes moindres, Marie Guite Dufay, la présidente socialiste, a justifié son choix « d’actionner le levier de la carte grise ». Selon l’élue, sa collectivité « n’a pas le choix », si elle veut « assurer une  qualité de service auprès de ses concitoyens ».  

Le coût de la taxe d’immatriculation devrait s’élever à 55 euros par cheval fiscal à compter du 1er juillet 2024. Dans le registre des mauvaises nouvelles, pour augmenter ses ressources, le Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté a également prévu d’augmenter les tarifs des TER et des lignes régulières Mobigo.

En raison d’un préavis de grève au seon de la société Mobilité Bourgogne Franche-Comté, le réseau Ginko périurbain sera perturbé durant toute la journée du vendredi 26 janvier. D’autres difficultés  sont à prévoir sur le reste du territoire. Pour tout savoir sur les perturbations sur le secteur du Grand Besançon : www.ginko.voyage ou sur l’appli Ginko Mobilités. Il est également possible de contacter le 03.70.27.71.60 Une première action s’est tenue le 15 janvier dernier. Les négociations avec la direction n’ont rien donné depuis . Les revendications portent notamment sur les salaires et les primes accordés.

La SNCF a le sourire. Vendredi, lors de la présentation de son bilan de l’année dernière, elle s’est félicitée d’avoir terminé 2023 sur une performance historique, avec 122 millions de voyageurs transportés en TGV. Soit une augmentation de 4% par rapport à 2022. Il a également été annoncé une progression de 8% des trains régionaux. Ce qui représente une augmentation de 21% en quatre ans, par rapport à la période d’avant-covid.

En raison d’un préavis de grève de la société Mobilités Bourgogne Franche-Comté, le réseau Ginko péri-urbain sera perturbé toute la journée du lundi 15 janvier. Pour tout savoir sur les difficultés à prévoir : www.ginko.voyage ou l’appli Ginko Mobilités ( rubrique infos trafic) ou  03.70.27.71.60

Hier soir, une cinquantaine d'usagers, cheminots, militants et élus ont manifesté en pyjama à l’appel de « Oui aux trains de nuit » et Alternatiba  en gare Viotte de Besançon pour demander de nouveaux trains de nuit. Les manifestants ont voulu montrer leur attachement à ce service, malgré les arguments contraires du gouvernement. Les militants évoquent un rapport, datant de 2021, sur « les trains d’équilibre du territoire », qui a montré la pertinence de construire 600 couchettes/lits pour relancer 25 lignes de trains de nuit d’ici 2030.

Ce mercredi 20 décembre, à partir de 18h, une action « Oui au train de nuit » aura lieu en gare de Besançon Viotte. Elus, usagers, cheminots et ONG se mobiliseront à cette occasion. Le collectif qui s’est constitué avec Alternatiba Besançon dénonce « les tergiversations » de l’état en la matière, alors qu’un rapport « montre la pertinence de relancer 20 lignes de trains de nuit ». Des voyageurs en pyjama, avec leurs peluches et oreillers, sont attendus et lanceront un appel en direction de l’Etat.

Dans le cadre des travaux qui seront menés, entre mars et octobre 2024 sur la ligne des Horlogers, SNCF Réseau organise des réunions publiques. La première date est programmée  ce mardi 19 décembre, à 19 heures, salle Courbet, rue Mégevand à Besançon. Rappelons que le coût de cette opération s’élève à plus de 53 millions d’euros. Elle consistera à renforcer la sécurité, pérenniser et optimiser la circulation des trains, améliorer le confort des voyageurs et régénérer la voie et les ouvrages d’art de la ligne.

On a appris hier que le gouvernement reconduisait la prime au covoiturage de 100 euros en 2024. Cette dernière concernera les trajets courts, soit moins de 80 kilomètres. L’objectif est de faire décoller ce mode de déplacement de notre quotidien. L’état espère ainsi atteindre les 3 millions de trajets quotidiens à l’horizon 2027. Un nouvel élan qui permettrait de réduire de 1% les émissions de gaz à effet de serre.

À l'occasion de la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, Keolis Besançon Mobilités se mobilise contre le harcèlement dans les transports aux côtés de l'ESBF et du GBDH, les clubs phares de handball bisontin. Ensemble, ils ont lancé une vidéo de sensibilisation pour rappeler aux témoins et aux victimes de harcèlement les solutions qui existent pour agir.

Deux voyageurs sur trois dans les transports collectifs sont des femmes et 87% d'entre elles déclarent avoir déjà été victimes de harcèlement, d'agressions sexistes ou sexuelles dans les transports. Par ailleurs, 9 personnes sur dix ne savent pas réagir lorsqu'elles sont témoins de harcèlement.

Afin de sensibiliser les voyageurs, et plus largement le grand public, aux comportements à adopter lorsqu'on est témoin de situations de violences ou de harcèlement, Keolis Besançon Mobilités s'est associé à deux de ses partenaires sensibles à la cause, l'ESBF et le GBDH, pour co-créer une vidéo « Ensemble, engagés contre le harcèlement ». La vidéo a été tournée sur le réseau Ginko avec les équipes de Keolis Besançon Mobilités qui ont accompagné les joueuses/ joueurs, comédiens et figurants.

La réalisation de cette vidéo poursuit un triple objectif :

  • Sensibiliser nos voyageurs et le grand public aux problématiques de harcèlement dans les transports
  • Communiquer sur les méthodes à mettre en œuvre lorsqu'on est témoin et inciter les témoins à agir pour porter assistance sans se mettre en danger
  • Rassurer les victimes en se mobilisant ensemble contre les comportements de harcèlement