Choix du secteur :
Se connecter :
 

Ce jeudi matin, la Dreal organisait une opération de contrôle des bus scolaires devant le collège de Pouilley-les-Vignes. La compagnie de gendarmerie d’Ecole Valentin et Grand Besançon Métropole, qui gère les transports scolaires sur ce territoire, ont été associés.   Ce sont dix bus de grande capacité et deux véhicules de moins de neuf places  qui ont été contrôlés par un binôme, composé d’un gendarme et d’un fonctionnaire. D’autres actions identiques seront menées sur le reste du territoire.

controle bus pouilley 2

Le contrôle porte sur l’état du véhicule, la présence des équipements de sécurité, la possession des documents administratifs obligatoires, les compétences du chauffeur et les temps de conduite et de repos. Ce jeudi matin, à Pouilley-les-Vignes, un bus a été immobilisé par les forces de l’ordre car certains équipements de sécurité étaient absents ou défectueux. L’extincteur réglementaire ne fonctionnait pas.  Sur un autre,  il a été constaté l’absence de l’éthylotest antidémarrage. Pour trois autres, les chauffeurs n’ont pas été en mesure de présenter un document administratif obligatoire. A savoir, la convention de service associant le prestataire à Grand Besançon Métropole. Comme il se doit, ces manquements vont être notifiés aux sociétés en question afin qu’elles régularisent leur situation.

CONTROLE BUS POUILLEY 4

L'interview de la rédaction / Laétitia Janson, responsable du département régulation des transports à la DREAL Bourgogne-Franche-Comté

Selon des chiffres communiqués par le syndicat SNUipp-FSU, la journée de demain, concernant la mobilisation contre le projet de loi de réforme des retraites, s’annonce moins suivie à l’Education nationale. La question salariale, avec une deuxième journée de grève en dix jours, explique en partie cette décision. Néanmoins, « plusieurs dizaines d’écoles seront complètement fermées » nous indique-t-on.  Un taux de gréviste « dépassant les 50% » est prévu.

C’est une décision qui avait suscité de l’incompréhension et du mécontentement. Finalement, le Conseil Départemental du Doubs, qui a la charge de réfléchir à la sectorisation des élèves au sein des collèges, a décidé de trancher. Les élus reportent une partie du projet initial en 2027. Excepté pour les enfants du RPI de Vaux-et-Chantegrue, qui rejoindront le collège Emile Laroue de Frasne, dont la livraison finale sera effective au dernier trimestre 2023, à la rentrée prochaine. Le transfert des enfants du RPI d’Oye et Palet, vers le collège Grenier, est donc reporté.

Cette  décision s’effectue afin d’accueillir les élèves  dans des conditions optimales à Grenier, le temps d’effectuer ensuite les travaux nécessaires à Malraux. Rappelons que les collèges pontissaliens, comme d’autres établissements scolaires du département, s’inscrivent dans les schémas directeurs d’aménagement des collèges du Doubs. Soit un investissement de 176 millions d’euros d’ici 2031. C’est donc dans ce contexte que s’opérera la restructuration des collèges Lucie Aubrac de Doubs, qui bénéficiera d’une extension partielle, Philippe Grenier, avec une politique de déconstruction-reconstruction pour gérer le manque d’espace, et le collège André Malraux.

Rappelons que cette sectorisation répond à plusieurs enjeux : l’optimisation des capacités d’accueil, la carte scolaire, la durée du transport et la mixité sociale des publics accueillis.

L'interview de la rédaction / Chantal Guyen, élue en charge de l'éducation, et Odile Deschampt-Monnot, directrice-adjointe du service éducation, sport et culture au département du Doubs 

 

C’est dans un contexte social tendu que Patrice Durand, directeur de l’inspection académique du Doubs, a présenté, mardi soir, les grandes lignes de la carte scolaire 2023/2024 dans le second degré. Après le boycott de l’intersyndicale de l’instance du 24 janvier, les moyens attribués à chaque collège et lycée du département, à la rentrée prochaine,  seront communiqués précisément  ce vendredi. La prochaine carte scolaire s’inscrit dans une baisse constante des effectifs d’élèves dans le Doubs. Dans le second degré, une baisse de 690 collégiens en 3 ans, dont 395 cette année, a été enregistrée. En cinq ans, 10.000 élèves ont été perdus dans l’académie de Besançon dans le 1er degré, dont 5.000 pour le seul département du Doubs.

Concrètement, dans ce contexte, pour la prochaine rentrée scolaire, le département du Doubs voit s’envoler  274 heures d’enseignement. Soit la suppression prévue de 15 équivalents temps plein d’enseignant. Selon Patrice Durand, cette situation n’impactera pas la qualité de dispense des savoirs. Une moyenne d’environ 25 élèves par classe est annoncée. Le directeur de l’inspection académique du Doubs  souligne  que les moyens seront attribués dans le respect des spécificités des 44 collèges publics du département  et des mesures annoncées par le gouvernement. Le ministre de l’Education nationale souhaitant renforcer les apprentissages en français et mathématiques  en classe de 6è, poursuivre l’enseignement culturel et artistique et généraliser le dispositif « devoirs faits » pour ce niveau.

L'interview de la rédaction / Patrice Durand

 

Selon des chiffres communiqués par le rectorat de Besançon, le taux de grévistes à l’éducation nationale s’élève à 35,7% dans l’académie. Dans le détail, le taux d’enseignants mobilisés dans le 1er degré s’élève à 44,4%. Il est de 33,4% dans le second degré.

La journée de contestation contre la réforme des retraites sera-t-elle bien suivie ? Difficile de répondre à cette question très précisément. Seule certitude, les secteurs des transports et de l’éducation nationale seront particulièrement mobilisés. D’ores et déjà, il est annoncé que 103 écoles du département du Doubs seront fermées ce jeudi. Des dizaines d’autres ne fonctionneront que partiellement. Un taux de gréviste compris entre 60 et 70% est prévu dans les écoles du département du Doubs.

Les écoles fermées

Les Auxons

Beure

Fuans mat

Granvelle mat Besançon

Sombacour

Butte mat Besançon

Vorges les Pins

Frasne mat

Bataille mat Grand Charmont

Artois mat Besançon

Jougne

Levier

Curie mat Besançon

Valdahon Lavoisier mat

Vermondans élem

Taillecourt

Vuillafans

Les Ecorces

Prairie élem Montbéliard

Jean Moulin Vieux Charmont

Goux les Usiers élem

Les Estelles Mandeure

Roset Fluans

Chamesol élem

Acacias mat Audincourt

Courbet mat Ornans

Picardie mat Besançon

Champagne mat Besançon

Champagne élem Besançon

Vauthier mat Pontarlier

Vauthier élem Pontarlier

Vuillecin

Dommartin

La Cluse et Mijoux

La Chaux

Petit Chênois

Vieilley

Citadelle mat Montbéliard

Citadelle élem Montbéliard

Berne Seloncourt

Poilus mat Montbéliard

Myosotis mat Voujeaucourt

Pergaud Pontarlier

Jules Ferry élem Besançon

Arbouans

Liesle

Ce samedi, le salon du lycéen et de l’étudiant se tient à Micropolis Besançon. Pour cette nouvelle édition, 75 exposants, organisme de formation et conseillers en orientation sont présents pour répondre aux questions des jeunes et de leurs parents. L’orientation est une véritable question qui concerne toute la famille. A quelques jours du 18 janvier, qui correspond aux étapes d’inscription et de formulation de ses vœux, lycéens et étudiants sont venus obtenir des informations et envisager ou confirmer une inscription dans un établissement scolaire.

Pas toujours facile de se trouver un avenir professionnel. Si pour certains, les choix sont faits, pour d’autres, les interrogations sont encore nombreuses. Résultats scolaires, coût de la formation, déplacements, salaires, durée des études, recrutement, …., autant de questions auxquelles ces publics doivent répondre. C’est d’ailleurs parfois dès le collège que l’on vient se confronter à cette douloureuse réalité. Autant se faire que peut, les jeunes essaient de ne pas subir ce moment déterminant, mais de l’appréhender au mieux pour être complétement acteur de son projet professionnel.

salon etudiants

Jusqu’au 9 mars

Encore un mois et demi pour peaufiner sa réflexion. D’autres événements, comme les journées portes ouvertes des établissements de formation, permettront d’aller encore plus loin dans la réflexion. Lycéens et étudiants ont jusqu’au 9 mars pour confirmer jusqu’à 10 vœux. S’en suivront d’autres étapes jusqu’au 13 juillet, date de la fin de la phase d’admission principale.

Le reportage de la rédaction

 

Une journée d’action est prévue ce jeudi au collège Gustave Eiffel de Fraisans, dans le Jura. Les enseignants se mobilisent pour dénoncer la menace qui pèse actuellement sur la suppression du poste de principal adjoint au sein de cet établissement scolaire à la rentrée prochaine. Les professeurs et l’équipe éducative entendent rappeler l’importance de cet adulte dans la vie du collège, qui accueille près de 400 élèves, dont des adolescents pour lesquels une prise en charge spécifique serait nécessaire.

Un exercice attentat-intrusions a été réalisé ce mardi après-midi dans les établissements scolaires de l’académie de Besançon. L’objectif était de tester la chaîne d’alerte entre les structures scolaires, les services académiques et le rectorat et d’apprendre aux jeunes et aux adultes à réagir si une telle situation se présentait. Le scénario évoquait la circulation sur le territoire franc-comtois de plusieurs individus armés, susceptibles d’être en lien avec une organisation terroriste. La durée de l’exercice a duré une trentaine de minutes. Plus de 200 observateurs (policiers, gendarmes, élus locaux, ..) étaient présents. Cet exercice fictif s’est terminé par l’interpellation des individus par les forces de l’ordre.  


Un rassemblement est prévu ce lundi 12 décembre devant le collège Proudhon à Besançon pour dénoncer un cas de harcèlement moral et sexuel au sein de l’établissement scolaire durant l’année 2021/2022. Une enseignante aurait été la victime d’un autre professeur, qui revient dans ce collège bisontin après un congé maladie. Le syndicat SNES/FSU dénonce l’inaction du Rectorat qui n’aurait pas pris les mesures nécessaires. Le syndicat se dit « en colère et inquiet ».