Choix du secteur :
Se connecter :
 

Jusqu’au 13 mars prochain, les Bisontins sont appelés à se positionner sur les projets proposés par des collectifs d’habitants pour améliorer le cadre de vie. Les analyses techniques et financières ont été réalisées, place désormais à la consultation des habitants. Ces derniers peuvent voter pour trois des 24 projets retenus. Rappelons que la Ville de Besançon a alloué la somme de 250.000 euros pour ce premier budget participatif.

Ce samedi, la cité  et Kevin Bertagnoli, l’élu à la démocratie participative, invitaient les collectifs  à venir présenter leur initiative aux habitants de Besançon. Une urne était mise à disposition pour l’occasion. Cinq groupes ont répondu présent. Certains, à l’image du club d’échecs de Besançon, n’ont pas ménagé leur peine pour sensibiliser le plus grand nombre et obtenir un maximum de soutiens. Ces bénévoles souhaiteraient que la ville finance l’achat de tables pour la pratique de leur discipline. Du matériel qui serait disposé dans le parc Micaud et à Planoise, à proximité de la maison de quartier Nelson Mandela. Les thématiques des projets sont variées : installations de mobiliers urbains et d’équipements de loisirs, aménagements d’espaces verts, projets liés à la mobilité, à la propreté, aux solidarités...

KEVIN BERTAGNOLI ECHEC URNE

La période de vote est ouverte aux habitants de 16 ans et plus, contribuables locaux, étudiants et apprentis. Les projets lauréats seront désignés en mars, puis votés en conseil municipal au
deuxième trimestre 2023 pour une réalisation d’ici avril 2025.

Le reportage de la rédaction : Kevin Bertagnoli et Claude Hugonnot, président du club d'échecs.

Pour obtenir toutes les informations nécessaires : https://atelierscitoyens.besancon.fr/

Les élections internes du Parti Socialiste du Doubs ont eu lieu jeudi dans les sections du Parti. Elles ont confirmé les secrétaires de section, sauf à Besançon où Jean Sébastien Leuba remplace Sébastien Coudry.  Sur le plan fédéral, Myriam El Yassa est largement reconduite dans sa fonction de Première secrétaire fédérale avec une large avance sur son concurrent,  Eric Lancon. Elle obtient les 2/3 des voix.  « Ce qui n'empêche pas l'accord entre les traditionnelles tendances internes à notre Parti » explique-t-elle.

Ce vendredi, Olivier Dussopt, ministre du travail, était dans le Jura. Il s’est rendu au CFA de Gevingey, avant de se déplacer  à Port-Lesney, où il a rencontré des acteurs économiques et de la formation. Ce déplacement ministériel portait sur l’apprentissage et la formation professionnelle, mais également sur la pénibilité au travail et sur la capacité des entreprises à développer et mettre en œuvre les outils permettant  aux plus anciens de continuer à exercer leur métier.

L'interview de la rédaction / Olivier Dussopt

 

Face à la presse, Olivier Dussopt a rappelé la nécessaire application de la réforme. « Le nombre de personnes qui cotisent par retraité a beaucoup diminué » explique-t-il. Et de poursuivre : « dans les années 70, trois personnes travaillaient pour financer un retraité. Aujourd’hui, il y a 1,7 travailleur par retraité. En 2040, il y en aura 1,4. Ce qui explique que, dès 2027, le système de retraite sera déficitaire ». Olivier Dussopt reconnaît que cette « réforme est difficile », « mais elle doit être menée ».

L'interview de la rédaction / Olivier Dussopt

Bras de fer

Une quarantaine de personnes,  venues du Doubs et du Jura,  ont manifesté devant l’entreprise ALD Construction à Port Lesney. A quelques jours de l’examen du projet de loi au Sénat, elles sont venues redire leur opposition et leur mécontentement. Alors qu’un blocage se dessine, Olivier Dussopt dit « respecté le droit de manifester », mais porte un regard négatif sur la paralysie prévue. « Entre exprimer un désaccord et bloquer un pays, il y a une différence » lance-t-il. De l’autre côté de la grille, syndicats militants et salariés se disent déterminés et entendent ne rien lâcher. « Cette réforme est faite pour plaire à leurs amis actionnaires. Les gens ne sont pas dupes » explique ce responsable cégétiste dolois, qui appelle d’ores et déjà à la mobilisation pour les jours et les semaines à venir.  

L'interview de la rédaction

Le budget 2023 sera au cœur des débats du conseil municipal bisontin de ce jeudi soir. Dans un contexte de crises : sécheresses, canicules, covid, guerre en Ukraine, augmentation de la facture énergétique, … la majorité municipale proposera un exercice comptable de 212 millions d’euros. Malgré ce contexte socio-économique, Anne Vignot et son équipe prévoient 42 millions d’euros d’investissement. Malgré les 8 millions d’euros supplémentaires, qu’il a fallu appréhender, en raison du contexte du moment, la ville annonce que les taux de fiscalité ne bougeront pas.

Anthony Poulin, l’élu en charge des finances, à la Ville de Besançon, présente un budget construit autour de quatre piliers : la solidarité, l’économie locale, l’implication des habitants le climat et le vivant. Parmi les investissements accordés : la poursuite de la rénovation des écoles et des crèches (10 millions d’euros par an), le réaménagement de la boutique Jeanne Antide (250.000 €), une subvention de 150.000 euros supplémentaires sur les 10 millions d’euros accordés au CCAS de Besançon, le lancement du projet de la maison des femmes, 8 millions d’euros pour l’investissement dans la production d’énergies renouvelables et l’amélioration de la gestion de la ressource en eau, un plan de sobriété énergétique à hauteur de 1,2 million d’euros ou encore la restructuration du pôle sportif Diderot à Planoise pour 10,5 millions d’euros, … .

L'interview de la rédaction / Anthony Poulin

 

Olivier Dussopt, le ministre du travail, du Plein emploi et de l’Insertion  sera dans le Jura ce vendredi. Il se rendra à Gevingey, où il échangera avec des apprentis sur les thématiques de la formation et de l’apprentissage, et à Port Lesney, où il échangera avec les acteurs de la filière du bois  sur les actions conduites pour réduire les tensions de recrutement.

Alors que le tribunal de commerce de Bordeaux a validé, ce mercredi après-midi,  la demande de placement en procédure de sauvegarde des 26 magasins Galeries Lafayette de province, propriété du milliardaire bordelais Michel Ohayon, Anne Vignot, maire de Besançon  annonce que la ville se positionne sur  l’achat des murs qui accueillent le commerce et ses 75 employés au centre-ville de Besançon.  Elle le fera via la société d’économie mixte patrimoniale Aktya, qui dispose déjà de plusieurs immeubles sur Besançon, le Haut-Doubs et le Jura.

La cité comtoise veut s’assurer que l’activité commerciale perdure sur ce secteur. « Nous avons tous les moyens de racheter ces murs. Si une autre proposition intéressante se manifeste nous ne nous présenterons pas » indique Anne Vignot. Par cette démarche, l’élue veut également rassurer tous les employés bisontins. « Dans tous les cas, nous n’abandonnerons pas ce site et nous le porterons s’il faut le porter » indique-t-elle.

L'interview de la rédaction / Anne Vignot

A compter du 24 février, et jusqu’en septembre, la Ville de Besançon organise les journées des quartiers. Il s’agit d’un temps d’échanges au cours duquel la maire et son équipe municipale vont à la rencontre des habitants. Tous les sujets pourront être évoqués : sécurité, tranquillité publique, économie, mobilité,  …. . Le premier rendez-vous est fixé ce vendredi 24 février à Velotte, de 18h à 20h, à la maison de Velotte.

Les autres rendez-vous :

Vendredi 10 mars Battant (18 h 30-20 h 30 - Ecole d’Arène)
Vendredi 24 mars Chaprais - Cras (18 h-20 h - Gymnase Résal)
Vendredi 7 avril Bregille - Près-de-Vaux (18 h-20 h - Ecole Bregille Plateau)

D’autres rencontres auront lieu jusqu’en septembre. D’autres dates et horaires seront communiqués ultérieurement.

Quel avenir pour le projet d’écoquartier des Vaîtes après la décision du tribunal administratif de Besançon ? L’instance annule l’arrêté du préfet du Doubs du 18 mars 2019 portant dérogation à l’arrêté de dégradation des espèces. Cette décision fait suite à la requête exprimée le 12 avril de la même année par les associations « Les Jardins les Vaîtes » et « France Nature Environnement 25-90 ». Les autres points dénoncés par les associations n’ont pas été contestés par la justice. A savoir qu’il n’y a pas d’intérêt public majeur dans un contexte de vacances des logements sur le territoire bisontin et qu’aucune autre solution alternative n’a été étudiée. Claire Arnoux, une des responsables de l’association « Les Jardins des Vaîtes », ne cache pas sa satisfaction. Elle y voit l’aboutissement « de longs mois de travail et de détermination ».

Pour la Ville de Besançon, cette décision n’annonce pas la mort du projet. Lors d’une conférence de presse, qui s’est tenue ce mardi soir, Anne Vignot, la maire bisontine a annoncé que le projet se poursuivra en déclinant la proposition établie  avec un collectif de citoyens, et présentée en 2021. « Une approche différente dans la  préservation du milieu naturel et l’occupation de  l’espace urbain » assure la maire de Besançon.

L'interview de la rédaction / Claire Arnoux

 

Moins d’un mois après le congrès de Marseille, Nicolas Mayer-Rossignol, Premier Secrétaire délégué du Parti Socialiste,  sera à Baume-les-Dames ce mardi 21 février. Il rencontrera les adhérents de la Fédération du Doubs. La rencontre se tiendra à 20h dans la salle du conseil municipal de l’Hôtel de ville. Précisons que cette visite coïncide avec le renouvellement des instances fédérales départementales. Les deux candidats en lice pour la fonction de secrétaire de la fédération échangeront au cours d’un débat ce même soir.

 

Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, est attendu ce lundi dans le Haut-Doubs.  Il rencontrera les élus locaux pour échanger sur le  soutien que l’état apporte aux territoires de montagne face au changement climatique, notamment au travers du Fonds vert.

Avant de quitter la station, le ministre se verra présenter la luge 4 saisons, le premier investissement de la station en faveur de l’adaptation au changement climatique.