Choix du secteur :
Se connecter :
 

L’étude Pisa vient d'être dévoilée ce mardi 5 décembre par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Tous les trois ans, cette enquête analyse les performances des élèves de 15 ans, avec des tests portant sur la lecture, la culture mathématique et la culture scientifique. Cette année, l’étude a dévoilé une chute inédite de niveau, avec le score moyen de tous les pays qui est en forte baisse sur un échantillon de 690.000 jeunes évalués dans 81 pays ou territoires. Dans la foulée, Gabriel Attal, le ministre de l’Education nationale, a détaillé une série de mesures pour pallier cette baisse de niveau des plus jeunes. Redoublement, refonte des programmes, groupes de niveau, réforme du brevet ; des mesures pour la plupart contestées ou jugées insuffisantes pour les enseignants et les parents d’élèves.

C’est une chute historique, avec le score moyen de tous les pays qui est en forte baisse. En France, le déclin est encore plus fort avec d’énormes difficultés soulignées en compréhension de l'écrit et en mathématiques. Cette étude qui sert de référence aux gouvernements, a notamment été réalisée à travers un test passé au printemps 2022 par 6.800 élèves en France, tirés au sort parmi des classes de seconde. Quelques heures après la publication des résultats alarmants de cette enquête, Gabriel Attal, le ministre de l’Education nationale, a dévoilé une série de mesures pour pallier la baisse de niveau des collégiens.

 

Les enseignants décideront du redoublement

Le ministre de l’Education nationale a indiqué qu'il publiera au premier trimestre de 2024, un décret permettant à l'équipe pédagogique d'avoir le dernier mot pour décider du redoublement d'un élève, afin de « lutter contre l’échec forcé d’élèves qui passeraient en classe supérieure malgré de trop grandes lacunes ». Un choix qui était jusqu’à présent, discuté avec les familles. « La question du redoublement est au cœur de l’école depuis plusieurs années. Les recherches ont démonté que le redoublement n’était pas une solution pour la lutte contre l’échec ou la difficulté scolaire. Ce n’est pas par ce biais là qu’il faut lutter contre la difficulté scolaire. Le redoublement accentue les discriminations sociales, et on sait qu’on retrouve chez les enfants qui redoublent jeunes, des difficultés qui persistent plus tard. Et puis, des enfants peuvent très bien avoir des difficultés en CP en lecture, et pour autant ça va bien dans d’autres matières, donc ce n’est pas la solution toujours adaptée » explique Amélie Lapprand, co-secrétaire départementale FSU-SNUipp du Doubs. Dans ses mesures, Gabriel Attal prévoit aussi que les professeurs puissent prescrire à certains élèves des stages de réussite durant les vacances, qui seraient une condition pour ne pas redoubler.

 

Une refonte des programmes

Le ministre de l’Education nationale a aussi annoncé une refonte des programmes de la maternelle et de l’école primaire. Gabriel Attal souhaite qu’ils fassent une plus grande place à la culture générale, en promettant aux enseignants qu'ils seront moins volumineux. « Les changements de programme, on commence à connaître. Les ministres, depuis quelques années, y apportent des changements, des modifications, des projets spécifiques. Je crois que ce n’est pas la manière dont il faut prendre les choses pour une école avec plus d’égalité entre les élèves. C’est donc de rajouter, auprès des enseignants, une très forte contrainte. Un changement de programme CP-CE2 à partir de septembre, puis le reste du cycle pour l’année d’après. Pour autant, ce n’est pas toujours le fait de changer les contenus ou les compétences à travailler, qui sont la solution pour une meilleure école » indique Amélie Lapprand.

 

Différents groupes selon le niveau des élèves

Pour lutter contre ces difficultés, le ministre de l’Education national a annoncé la création de groupes de niveau au collège, pour les cours de français et de mathématiques. Gabriel Attal a expliqué qu’à partir de la rentrée prochaine, les élèves de 6ème et de 5ème seront répartis en trois groupes en fonction de leur niveau en français et en maths. Une organisation qui doit s'étendre aux classes de 4ème et de 3ème à la rentrée 2025. Concernant les collégiens les plus en difficulté, une scolarité aménagée pourra être envisagée, où ils pourront bénéficier de plus d’heures en mathématiques et en français, à la place d’une autre matière, en accord avec les professeurs et les familles. « Les groupes de niveau, non. En pédagogie ce qui fonctionne c’est l’hétérogénéité. Des groupes qui rassemblent des enfants en difficulté, on avait abandonné ça depuis quelques années. On a un peu l’impression d’un retour à des méthodes de l’ancien temps qui n’ont pas fait leurs preuves » regrette Amélie Lapprand. Le ministre de l’Education nationale a évoqué la création de postes « pour qu’il n’y ait qu’une quinzaine d’élèves dans le groupe de ceux qui présentent le plus de difficultés ». Une des seules mesures qui converge avec les revendications des syndicats de l’enseignement. « Pour le coup, oui. Il faut la création de postes enseignants pour avoir des groupes moindres et s’attaquer individuellement à la difficulté scolaire de la manière la plus personnalisée possible » souligne Amélie Lapprand.

 

Gabriel Attal a aussi évoqué la nouvelle méthode dédiée au mathématiques et une épreuve anticipée au bac, la labellisation des manuels scolaire, la réforme du brevet, la suppression du "correctif académique" des notes d'examen, l'intelligence artificielle au lycée ou encore les ajustements liés à la réforme du lycée professionnel. Des mesures qui n’ont convaincu ni les parents d’élèves, certains d’entre eux évoquant la crainte d’une école à deux vitesses. Ni les enseignants, qui déplorent le manque de travail en commun. « Les organisations syndicales n’ont pas du tout été associées à ces mesures. Il n’y a rien qui ressort d’éventuelles négociations, d’un travail commun sur les besoins réels du terrain. Et très clairement, quand on nous annonce qu’on va imposer à toutes les enseignantes et à tous les enseignants une méthode de mathématiques, on le prend très mal. Clairement on remet en question notre liberté pédagogique, qui est essentielle dans notre métier » regrette Amélie Lapprand, co-secrétaire départementale FSU-SNUipp.

 


Selon des chiffres de l’Education nationale, 605 sanctions ont été prononcées après les incidents survenus lors des hommages, organisés dans les établissements scolaires, aux professeurs Dominique Bernard et Samuel Paty, en octobre dernier. 85 exclusions définitives ont été enregistrées. Ces décisions émanent de conseils de discipline qui se sont tenus au retour des vacances de la Toussaint.

L’édition 2023 du festival littéraire « Les Petites Fugues » bat son plein. L’évènement, qui a débuté le 13 novembre, se terminera le 25 novembre. Cette année, 21 auteurs ont été invités. Ils se rendent dans différents endroits de Franche-Comté : Saint-Claude, Pesmes, Montbéliard et Besançon bien sûr. L’objectif est de démocratiser la lecture et de partir à la rencontre de celles et ceux qui en sont parfois les plus éloignés. C’est dans ce contexte-là que des rendez-vous sont pris dans les musées, les cafés, les lieux associatifs, mais aussi les écoles, les lycées ou encore les hôpitaux et l’université.

« L’esprit, c’est d’apporter les livres et les auteurs dans des lieux prévus pour ou improbables » explique François Migeot, qui s’investit dans la promotion de l’évènement et y participe également en tant qu’auteur. Et de poursuivre : « notre souhait est de gagner un public, animer ou réanimer un intérêt ou apporter un intérêt ».  L’écrivain, qui vient de sortir un nouveau recueil de nouvelles, baptisé « Au fil de la chute », aime les mots et les livres. Il en parle avec passion et enthousiasme. « La littérature fait travailler l’imagination et la créativité » explique-t-il. « Contrairement à l’image qui réduit cette capacité d’imaginer et de réfléchir ». Il regrette que les nouvelles technologies soient réductrices en ce sens. « L’imaginaire est complètement formaté et commercialisé ». Et de conclure : « le travail d’humanisation de la littérature devient problématique. De toute façon, nous avons besoin de littérature. Ou alors, ce sera ChatGPT qui fera le boulot à notre place. J’espère que nous n’en arriverons pas là ».

L'interview de la rédaction / François Migeot

L’importance de la lecture

Durant près de deux heures, une classe de terminale du lycée la Sainte Famille de Besançon a reçu François Migeot. Après avoir lu et travaillé sur son recueil de nouvelles, les jeunes ont pu échanger avec cet auteur qui leur était physiquement inconnu. Pour Mme Quellet, professeure de français, ces instants sont toujours d’une grande richesse. Tout d’abord, pour la culture personnelle de chacun, mais aussi pour consolider ses connaissances, et notamment pour le baccalauréat. L’enseignante le sait, ces élèves n’ont pas la même pratique de la lecture, mais, grâce aux Petites Fugues, et à toutes ces initiatives culturelles, cette dernière devient peut-être plus accessible, intéressante et moins élitiste. Toute une démarche pédagogique.

L'interview de la rédaction

 

Face à un manque de candidats, l’Education nationale repousse d’un mois la clôture pour l’inscription aux concours de recrutement des professeurs. Initialement prévue le 9 novembre, l’échéance a été prolongée jusqu’au 7 décembre. Cette décision concerne les professeurs, mais également les Conseillers principaux d’éducation et les psychologues scolaires.

Elisabeth Borne a estimé que l’installation de « boutons d’appel » dans les collèges et lycées pour prévenir immédiatement un commissariat de police est une réponse qui peut être généralisée. Cette mesure fait écho à la sécurité dans les établissements scolaires après l’assassinat du professeur d’histoire Dominique Bernard dans son lycée d’Arras, il y a trois semaines.

Un collégien de 14 ans a été placé sous contrôle judiciaire jusqu’au 22 novembre prochain, date de sa comparution devant le juge des enfants. Il est soupçonné d’avoir déclaré « je vais la tuer » en direction de sa professeure d’histoire géographie, après une altercation avec l’enseignante. Cette dernière a porté plainte pour « menaces de mort ». L’adolescent a été interpellé la semaine dernière à son domicile de Bethoncourt, dans le Pays de Montbéliard.

Gabriel Attal, le ministre de l’éducation, l’a fait savoir hier, « 183 élèves » ne feront pas leur rentrée après ces vacances de la Toussaint dans l’attente de leur conseil de discipline. Ces individus ont perturbé la semaine dernière les hommages à Dominique Bernard et Samuel Paty, les deux enseignants tués par des terroristes.

Au lycée Jules Haag, site Marceau, à Besançon, la rencontre prévue au rectorat demain matin, suite à la mobilisation d’une trentaine de personnes, dont des enseignants, qui avaient exercé leur droit de retrait, ne fait pas baisser la garde.  Rappelons que ces enseignants, surveillants et personnels administratifs se sentent « en danger » au sein de cet établissement scolaire. Dans leur dernier communiqué de presse, ils font savoir que « si les réponses apportées en termes d’installations de sécurité et de moyens humains ne sont pas à la hauteur, ils prendront leurs responsabilités à la rentrée des vacances ».

Depuis lundi dernier, une trentaine de personnes, dont des professeurs, du lycée Jules Haag, site Marceau, à Besançon, exercent leur droit de retrait. Ils se sentent « en danger grave et imminent ». En cause ? les accès non sécurisés de l’établissement scolaire, l’obsolescence des systèmes de sécurité et la dotation en moyens humains, qui empêche de sécuriser pleinement l’endroit, fréquenté par différents publics.

Hier soir, après une forte médiatisation de cette affaire, l’intersyndicale apprenait qu’une audience leur avait finalement été accordée ce vendredi 20 octobre au rectorat de Besançon, en présence du directeur de l’inspection académique du Doubs , du proviseur du lycée, de la conseillère prévention académique et du conseiller technique sécurité. L’intersyndicale maintient son assemblée générale ce jeudi 19 octobre à 10h.

C’est un sujet important qui a fortement été évoqué durant cette rentrée scolaire. Gabriel Attal, le ministre de l’Education nationale,  en a fait une priorité. Des adultes référents sont présents sur tout le territoire, qu’il s’agisse de l’échelon académique, départemental ou dans les établissements scolaires. Les autorités appellent à la mobilisation et à la prise de parole. Tout le monde est concerné par ce fléau. Aucun enfant ne doit s’isoler. Il doit pouvoir trouver des relais auprès de ses camarades et des adultes. Rencontre avec Emmanuelle Hardy, référente académique harcèlement en Franche-Comté.

On parle beaucoup, mais sans doute à juste titre, du harcèlement à l’école. L’Education nationale a pris le sujet à bras le corps, mais on peut imaginer que cette prise de conscience ne date pas d’aujourd’hui ?

La mise en place des dispositifs de prévention existe depuis des années. Le concours « non au harcèlement » existe depuis plus de 10 ans. C’est une problématique que l’on connaît depuis de nombreuses années. C’est devenu une priorité nationale et une priorité de Mme la Rectrice.

La mobilisation des services et des personnels de l’Education nationale et de l’académie de Besançon est donc entière ?

Oui. Nous connaissons les conséquences du harcèlement. Il y a les évènements violents, mais également les micro-violences au quotidien. Les élèves peuvent exprimer du mal-être, ne plus avoir envie d’aller à l’école, … . Le comportement peut changer. Les conséquences sont multiples. C’est la raison pour laquelle il faut prévenir en priorité et prendre charge dès que l’on a connaissance d’une situation.

Est-ce un fléau qui progresse ?

On parle de 10% d’élèves harcelés. Un peu plus dans le 1er degré. Les chiffres semblent être stables. Par contre la communication autour du phénomène est plus importante. C’est très bien. Cela permet une libération de la parole. On sait que pour que la situation se règle, il faut en parler. Un des leviers essentiels, c’est la position des témoins. Ils ne sont pas concernés directement par la situation, mais ils savent exactement ce qui est en train de se jouer dans leur classe ou dans la cour de récréation. C’est vraiment l’affaire de tous.

Quel est votre rôle et avec qui travaillez-vous ?

Tout d’abord,  je mets en place le déploiement du dispositif pHARe, avec deux autres collègues, dans l’académie. Nous accompagnons les établissements pour que cet outil se mette en place avec des référents et les équipes d’ambassadeurs. En tant que référente académique, je peux être amenée à gérer, avec une autre collègue, des situations complexes de harcèlement. Nous pouvons intervenir directement ou être en appui des référents départementaux. Dans chaque département, il y a trois ou quatre référents qui peuvent être aussi des appuis aux établissements.

Avez-vous aussi des relais dans les établissements scolaires ?

Oui. Il y a des référents harcèlement dans les établissements scolaires. Ils sont déployés dans les collèges et le lycées depuis cette année. Cela peut-être un CPE, un enseignant, une infirmière, une assistance sociale ou un chef d’établissement.

Travaillez-vous avec la justice, avec le Procureur de la République par exemple ?

On peut nous demander des éclairages sur une situation par la police ou la justice. Le plan interministériel nous demande également de travailler avec la justice, la police ou la gendarmerie. L’objectif est qu’il existe  une  prise en compte multiple pour être le plus efficace possible.

Quels conseils pourriez-vous donner aux parents qui nous écoutent et qui veulent agir ?

S’ils ont repéré des points qui n’allaient pas il faut en parler, même si derrière tout cela, il n’y a pas forcément un souci de harcèlement. Repérer ces points chez ses enfants, c’est déjà important. On peut en parler avec les professeurs. Ils savent que lorsqu’une situation est décrite par un parent, il faut relayer auprès de l’équipe pHARe  de l’établissement et du chef d’établissement. Un personnel de l’établissement doit être informé rapidement pour analyser la situation. Il est bon d’en parler.

L'interview de la rédaction / Emmanuelle Hardy