Choix du secteur :
Se connecter :
 

La mobilisation des agriculteurs qui s’est tenue ce lundi, depuis la fin de matinée,  a rassemblé 350 tracteurs et près de 600 personnes sur le rond-point d’Etalans, où un barrage filtrant  s’est tenu. Pour l’heure, aucune nouvelle opération n’est évoquée, mais le monde agricole sera très attentif aux annonces gouvernementales. Les agriculteurs seront notamment très à l’écoute du discours de politique générale de Gabriel Attal à l’Assemblée nationale, prévu demain. Marc Fesneau, le ministre de l’Agriculture doit également prendre la parole.

 ‘On ne se mobilise pas plaisir, mais par nécessité » indique Florent Dornier, le président de la FDSEA du Doubs. Et de poursuivre : « en fonction de ce qui sera annoncé, nous verrons si nous poursuivons ou pas le mouvement ». M. Dornier rappelle que « son syndicat a travaillé sur un projet de loi pour l’avenir de l’agriculture et qu’il contient des mesures qui pourraient être mises en place rapidement ». C’est la raison pour laquelle les agriculteurs appellent le gouvernement à s’emparer de ce document et à proposer beaucoup plus que les mesures que Gabriel Attal a présenté la semaine dernière. « Il nous faut des actes forts, du concret. Un pacte de confiance. Pour le moment, nous ne voyons rien venir » conclut l’agriculteur.

L'interview de la rédaction / Florent Dornier

A l’appel de la FDSEA et des jeunes agriculteurs, les agriculteurs du Doubs se mobilisent ce lundi. Les manifestants ont choisi d’organiser un barrage filtrant à hauteur du rond-point d’Etalans. La fin de la mobilisation est prévue vers 17h. Les professionnels de la terre ont fait le choix d’exprimer leur mécontentement, leur colère et leurs attentes sous cette forme d’action. Pour l’heure, la suite qu’ils entendent donner à cette mobilisation n’est pas encore connue. Le discours de politique générale de Gabriel Attal à l’Assemblée nationale, prévu demain, devrait être très écouté.

Dans un communiqué de presse, les groupes d’action de la  France Insoumise de Besançon indiquent apporter leur soutien à la mobilisation des agriculteurs qui « se battent pour pouvoir vivre dignement de leur travail ». Le collectif appelle « à la convergence des luttes face à un gouvernement qui n’entend rien de la souffrance et de la colère populaire ».

La grogne des agriculteurs est loin d’être terminée. S’ils reconnaissent un début de propositions émanant du gouvernement, ils les jugent insuffisantes. C’est la raison pour laquelle un nouveau rassemblement est prévu, ce lundi matin, sous la forme d’un barrage filtrant, à hauteur du rond-point d’Etalans.  Les revendications sont multiples. Pour les Jeunes Agriculteurs, la mobilisation porte notamment sur le renouvellement des générations en agriculture et la capacité de l’état français à prendre les mesures nécessaires pour permettre à la nouvelle génération d’exercer son métier et sa passion dans les meilleures conditions.

Pour l’heure, la suite du mouvement n’est pas encore définie. Sans réponse satisfaisante, elle pourrait se poursuivre jusqu’au salon de l’agriculture. « On maintient la pression  tant que les réponses ne sont pas à la hauteur de ce que l’on attend » explique Mélanie Gruet, la présidente des Jeunes Agriculteurs du Doubs. Et de conclure : « En ce moment, on vit au jour le jour, On attend les annonces. On attend les mots d’ordre. On est dans l’inconnu de ce qui se passera demain ».

Rencontre avec le préfet

Dans le cadre de sa prise de fonction, le nouveau préfet du Doubs, Rémi Bastille,  ira rencontrer les agriculteurs doubistes ce lundi, en début d’après-midi. Il répond ainsi à l’invitation qui lui a été formulée. Les manifestants souhaitent le rencontrer pour faire entendre leur voix  et lui rappeler les problématiques de la profession.  « Il est important qu’il vienne écouter les acteurs de terrain de son territoire » conclut la militante agricole.

L'interview de la rédaction : Mélanie Gruet, présidente des Jeunes Agriculteurs du Doubs

 

Une nouvelle journée d’action, initiée par la coordination rurale cette fois-ci,  se tiendra ce samedi, au niveau du rond-point des Mercureaux sur la commune de Beure. Deux convois de manifestants rejoindront cet endroit à partir de 9h30. L’un arrivera de la Vèze, l’autre du rond-point de Thise, sur la commune de Chalezeule. Des déviations seront mises en place.

Sa prise de parole était très attendue. Gabriel Attal a décliné ce vendredi, en fin d’après-midi, en Haute-Garonne, les actions de son gouvernement pour répondre à la colère des agricultures. Simplification des normes, respect des lois Egalim, versement des aides accéléré, … font partie des mesures formulées.

Le Premier ministre a annoncé la fin de la hausse prévue de la fiscalité sur le gazole non routier, des sanctions lourdes contre les entreprises qui ne respectent pas Egalim, la simplification des curages des cours d’eau agricoles. Il a également indiqué que la France s’oppose « de manière très claire à la signature de l’accord commercial controversé entre l’union européenne et les pays latino-américains du Mercosur. L’augmentation des indemnisations pour les exploitations les plus en difficulté et une enveloppe de 50 millions d’euros pour la filière bio ont également été évoqués.

Plus de 150 tracteurs, venus des quatre coins du département, ont participé ce vendredi à la mobilisation agricole jurassienne. Le coup d’envoi de la mobilisation a été donnée à 9h30 ce matin. Une opération escargot a été menée sur l’autoroute A39. Les manifestants se sont ensuite donnés rendez-vous à la rocade de Montmorot, avant de rejoindre Lons-le-Saunier, où une délégation a été reçue par le Préfet.

Une forte mobilisation

Christophe Buchet, le président de la FDSEA du Jura, constate « une forte mobilisation ». Il voit dans le cortège « des agriculteurs qui n’avait pas l’habitude de se mobiliser ». Ce qui prouve l’inquiétude et la détermination de ces professionnels. « Il y a ce sentiment que c’est maintenant qu’il faut insister pour obtenir des résultats concrets par rapport aux demandes exprimées » argumente le responsable syndical. Christophe Buchet explique également que cette colère est légitime et qu’elle résulte «  d’une inquiétude  et d’une frustration » qui durent depuis très longtemps. Autant dire que les annonces de Gabriel Attal sont très attendues et seront très écoutées.

L'interview de la rédaction / Christophe Buchet

 

La mobilisation agricole se poursuit en Franche-Comté. Les agriculteurs jurassiens se lancent dans la bataille ce vendredi. Ils partiront des quatre coins du département pour rejoindre, à la mi-journée, la rocade de Montmorot. Une opération escargot est prévue sur l’A39. Collectivement, ils se rendront ensuite à Lons-le-Saunier, où une délégation sera reçue par le préfet, à 15h.

Ce vendredi après-midi, Gabriel Attal, le Premier ministre, lors d’un déplacement en Haute-Garonne, et son ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau, dévoileront  leurs pemières annonces « de simplification » pour tenter d’apaiser la colère du monde agricole. Les questions sur le gazole non routier et la rémunération des éleveurs sont au cœur des revendications. L’exécutif parviendra-t-il à rassurer le monde paysan ? Affaire à suivre.

Après la Haute-Saône et avant le Jura, une centaine d’agriculteurs du Doubs s’est mobilisée ce jeudi. Après des rassemblements qui se sont tenus à Baume-les-Dames et Besançon, les deux convois se sont rejoints à Marchaux, pour procéder au blocage de l’autoroute A36. Une mobilisation qui devait s’interrompre en début d’après-midi pour permettre aux manifestants de rejoindre leur exploitation ce soir.

Mélanie Gruet, la présidente des Jeunes Agriculteurs du Doubs est satisfaite de cette mobilisation, qui a rencontré un écho favorable auprès des usagers de l’autoroute. On est bien loin de l’agribashing qui s’était exprimé. « Les consommateurs se rendent compte  qu’il y a un vrai problème pour notre agriculture » explique Mme Gruet. Et de poursuivre : « tout le monde se sent concerné par cette situation qui impacte l’agriculture d’aujourd’hui et de demain ».

Le nouveau préfet du Doubs très attendu

Une nouvelle journée de mobilisation est prévue ce lundi 29 janvier. Date à laquelle, Rémi Bastille, le nouveau préfet du Doubs, prendra ses fonctions. Dans ce cadre-là, un barrage filtrant sera organisé au rond-point d’Etalans. « On espère qu’il viendra à notre rencontre pour entendre notre voix et nos problématiques et qu’il viendra écouter les acteurs de terrain de son territoire » conclut la responsable des jeunes agriculteurs du Doubs.

L'interview de la rédaction : Mélanie Gruet, présidente des Jeunes Agriculteurs du Doubs