Choix du secteur :
Se connecter :
 

Ce samedi matin, Marc Fesneau, le ministre de l’Agriculture, s’est rendu au super comice de Pontarlier. Avant de discuter avec les organisations professionnelles agricoles du département,  il s’est rendu aux Pontets, dans le Val  de Mouthe, où un loup a attaqué deux nouvelles génisses,  appartenant au GAEC Scalabrino, durant la nuit de vendredi à samedi.

COMICE FESNEAU 3

« Simplifier les procédures »

 

Si certaines décisions doivent se prendre au niveau européen, et en attendant le plan loup, l’état ne veut pas se dérober. Le ministre de l’Agriculture veut faire bouger les lignes. Cela passe notamment par l’évolution des arrêtés de tir. Mar Fesneau  assure que des décisions concrètes seront prises d’ici le printemps prochain.  « Il faut simplifier les procédures » a-t-il expliqué. Au cours de son entretien avec la presse, il a reconnu que, compte tenu de l’étendu des prairies, il était compliqué de mettre en place une politique de protection efficace ».

COMICE FESNEAU 6

« Un déséquilibre réel »

S’il ne souhaite pas commenter le nombre de loups présents sur le massif du Jura, laissant aux experts la possibilité de le faire, le ministre reconnaît un déséquilibre, « qui met en danger l’élevage ». « Je ne sais pas s’il y a trop de loups, mais il y a trop d’attaques et trop de problèmes sur l’élevage » analyse-t-il. Et de poursuivre : « on se met autour de la table et on réfléchit ensemble à la biodiversité dans son entièreté. On prend ensuite les décisions qui s’imposent pour réguler ce qu’il y a à réguler ». Pour le ministre de l’Agriculture,  « le loup ne représente pas à lui seul la biodiversité ». Selon lui, « cette façon de voir les choses est une erreur tragique pour la biodiversité ».  Et de conclure : « il faut que l’on trouve un équilibre qui ne fasse pas reculer l’élevage et s’inquiéter des situations humaines ».

Répondre à la détresse humaine

COMICE FESNEAU 7

 

Marc Fesneau s’est adressé aux éleveurs, installés au pied de la mairie de Pontarlier, qui,   symboliquement,  ont porté, autour de leur cou,  le nom des dix-huit vaches prédatées depuis le mois d’août dernier.  Le ministre dit avoir compris la détresse de ces professionnels. « Il faut voir dans quel état psychologique sont ces gens » commente Marc Fesneau. Et de terminer : « Lorsque des personnes donnent des noms à leurs animaux, cela montre leur attachement à l’élevage et aux animaux qu’ils élèvent ».  

L'interview de la rédaction / Marc Fesneau

COMICE FESNEAU 2

Rester dans la légalité

Enfin, le ministre de l’Agriculture a tenu à mettre en garde celles et ceux qui viennent perturber les interventions de terrain, prises par le préfet. Il faisait sans doute référence à l’action menée mercredi dernier par des mouvements écologistes, alors qu’une opération s’organisait sur les hauteurs de Chaux Neuve pour éloigner le prédateur. Marc Fesneau rappelle que les actes mis en place sont « légaux ». Et d’affirmer : « quand on est un républicain, on respecte la loi. Je serais toujours du côté de la légalité ». Tout en rappelant également que les débats doivent s’effectuer dans un cadre « non violent ».

L'interview de la rédaction / Marc Fesneau

 

Au cours du super comice de Pontarlier, une remarquable exposition, qui a vu le jour grâce à l’équipe des Archives Municipales de Pontarlier, Jean-Pierre et Michel Gurtner et Philippe Marguet est proposée à la Chapelle des Annonciades.

Construite autour d’écrits d’époque, de photographies et d’une vidéo, elle plonge le visiteur dans l’évolution de la manière de faire les foins au pays de l’AOC Comté. Les angles de la mécanisation et de l’évolution socio-économique ont été choisies par les concepteurs. On y voit l’évolution des machines, des fermes, des paysans, des procédés pour le séchage et le stockage… . Entre la faucille et le tracteur équipé de faucheuse, les outils, les techniques et les hommes n’ont cessé d’évoluer. Le métier a bien changé.

C’est donc tout ce progrès technologique, cette modernité dans le temps et ce regard différent sur le métier que nous conte cette exposition. Un regard bienveillant, nostalgique et contemporain qui ne manquera pas de susciter l’intérêt de ceux qui ont envie de redécouvrir l’évolution de la fenaison d’hier à aujourd’hui.

L’exposition « fenaison d’hier à aujourd’hui » est à découvrir jusqu’au 13 novembre. A noter que les dimanche 6 et 13 novembre, la chapelle des Annonciades accueillera une pièce de théâtre, jouée par la compagnie le Filépat, qui revisitera, à sa manière, cette évolution des foins.

L'interview de la rédaction / Jean-Pierre Gurtner

C’est dans une ambiance très particulière que se déroulera, ce samedi, le Super Comice de Pontarlier. Les attaques du loup dans le Massif du Jura  suscitent réactions, colère et débordements. L’agression commise sur nos confrères de France 3 Franche-Comté en est la preuve.  Ce qui devrait être une belle fête agricole pourrait se transformer en tribune politique et règlements de compte.

Néanmoins, les équipes de Philippe Schaller et Philippe Marguet mettent tout en œuvre pour que cet évènement soit le plus réussi possible. C’est à compter de 17h, ce vendredi,   que le centre-ville pontissalien se transformera en grande ferme. Le public pourra assister à une finale départementale hors norme, réunissant les plus belles bêtes issues des 20 comices du département.  600 vaches et autres animaux sont attendus sur la place d’Arçon.

Un spectacle insolite au cœur de la ville

Eleveurs ovins, porcins et aviculteurs présenteront également un joli défilé folklorique, place Saint-Pierre et rue de la République le matin. De nombreuses autres animations seront proposées. On notera également la tenue d’un marché de producteurs locaux qui ne passera pas inaperçu dans la rue Sainte-Anne et d’une exposition sur le thème de la fenaison, d’hier à aujourd’hui, à la Chapelle des Annonciades.

Visite ministérielle

Marc Fesneau, le ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, est attendu, ce samedi, dans le Haut-Doubs. Son arrivée est prévue vers 11h en mairie de Pontarlier, où une réunion est programmée avec les organisations professionnelles agricoles du Doubs. Le ministre  devrait également déjeuner avec les organisations professionnelles agricoles, les acteurs de la filière fromagère et les élus. Une visite du comice est prévue à 14h. Son départ est planifié  vers 15h.

L'interview de la rédaction

 

Soucieuse du bien-être et de la santé de ses adhérents, la Mutualité Sociale Agricole de Franche-Comté vient d’éditer un livre, composé de 20 recettes rapides à réaliser et à emporter au travail, à destination de ses assurés.

Pour concevoir cet ouvrage, l’organisme s’est entouré de deux intervenantes : L’influenceuse bisontine, Lucie Brisotto, qui a fait du bien manger son cheval de bataille, et une diététicienne qui a vérifié que les recettes proposées répondaient bien aux exigences en matière d’équilibre alimentaire. Il s’agit de recettes salées, chaudes ou froides, faisant appel à des produits facilement accessibles, « que l’on a tous dans nos frigos ». Comme tous les livres de cuisine qui se respectent, celui-ci ne déroge pas à la règle. On y trouve : les ingrédients, la fiche descriptive de la recette et une photographie. Les auteurs ont poussé la réflexion encore plus loin en indiquant les apports alimentaires que ces bons petits plats produisent. Des conseils diététiques sont également dispensés.

Promouvoir une alimentation équilibrée en adéquation avec ses dépenses énergétiques, préverser sa santé nutritionnelle au travail, en tenant compte des besoins spécifiques et des lieux de prise de déjeuner et une alimentation variée, qui s’adapte au fil des saisons, … sont autant de missions que cet ouvrage de 45 pages relève.  Précisons que cette action a vu le jour dans le cadre des actions de promotion de la santé que la Mutualité Sociale Agricole mène auprès de ses bénéficiaires. Une démarche utile qui permet d’anticiper les difficultés et les problèmes. Comme le dit le vieil adage : « mieux vaut prévenir que guérir ».

L'interview de la rédaction / Fabrice Chartier, Sous-Directeur à la MSA de Franche-Comté

 

 

Le 22 octobre prochain, la ville de Pontarlier se transformera en une grande ferme. Le milieu agricole investit le centre-ville de la capitale du Haut-Doubs à l’occasion du super comice. Organisé tous les cinq ans, cet évènement met à l’honneur le savoir-faire agricole. C’est toute une filière qui sera présente. La Ville et ses élus ne cachent pas leur satisfaction de contribuer à ce soutien et ce coup de projecteur. Entre 15.000 et 25.000 visiteurs sont attendues.

Pour ce nouveau rendez-vous, Covid oblige, il aura fallu attendre sept années. D’ici une dizaine de jours, 600 vaches et de très nombreux éleveurs s’installeront sur la place d’Arçon. Les plus belles bêtes issues des 21 comices départementaux seront présentes. Elles se confronteront lors d’un challenge inter-comices. D’autres rendez-vous devraient séduire le grand public : défilé, parade, animations pour enfants et adultes, expositions, bal populaire, organisé par les Jeunes Agriculteurs du canton de Pontarlier, à l’Espace René Pourny.

Visite du ministre de l’Agriculture

Le programme définitif n’est pas encore connu, mais Marc Fesneau, le ministre de l’Agriculture, est attendu à cette occasion à Pontarlier. Philippe Schaller, le Président de la fédération des comices du Doubs, tient à ce que ce rassemblement reste festif et ne se transforme pas en une tribune politique. Il le fera savoir à ses collègues agriculteurs. Néanmoins, une délégation de professionnels devrait être reçue pour échanger sur les problématiques et les difficultés du moment. Le loup et la sécheresse seront sans doute évoqués.

Le reportage de la rédaction / Philippe Schaller et Patrick Genre

 

Ce samedi 1er octobre, à l’occasion du comice du canton de Mouthe, les syndicats du Morbier et du Mont d’Or vont enfin pouvoir célébrer les 20 et 40 ans de leur Appellation d’Origine Protégée (AOP). Cette organisation agricole a montré son efficacité et sa capacité à préserver un territoire, une profession et un savoir-faire. Tout  en garantissant aux consommateurs une qualité de produits inégalée. Les chiffres sont éloquents et prouvent la belle dynamique et santé de ces filières. 1.000 tonnes de Morbier et 6.000 tonnes de Mont d’Or sont produites chaque année dans le massif du Jura.

Ainsi, ce samedi, à Labergement-Sainte-Marie, de nombreuses animations seront proposées au grand public. Alors qu’une succulente morbiflette séduira les visiteurs, ces derniers pourront assister à des démonstrations de chiens de traîneaux, de fabrication de fromages et de levage de sangles. Il y aura également le défilé des deux chars des écoles, un marché de producteurs, des dégustations de Mont d’Or et de Morbier, une exposition de vieux tracteurs,…  

Les organisateurs en profiteront également pour inaugurer les sentiers du Morbier. Deux itinéraires de balades ludiques et pédagogiques ont ainsi été pensés. Enfin, une pièce montée entièrement composée de Morbier et de Mont d’Or viendra clore cette belle journée festive et de mise en valeur du monde agricole.

L'interview de la rédaction / Sophie Leret, chargée de communication pour les syndicats Mont d'Or et Morbier

 

C’est un évènement très attendu. Celui qui lancera la commercialisation du Mont d’Or. Le fameux fromage du Haut-Doubs dont tout le monde raffole. Effectivement, à compter de ce vendredi 9  et jusqu’au 11 septembre, Pontarlier vivra au rythme des bonnes saveurs émanant de la « Coulée du Mont d’Or ». Trois jours de fête, au centre-ville, qui mettront en lumière le produit et tous les professionnels qui concourent à sa fabrication.

Pour Bertrand Guinchard, l’élu en charge de l’économie à la Ville de Pontarlier, cet évènement est le bienvenu dans la capitale du Haut-Doubs. D’autant plus en 2022, après cet été caniculaire et sec qui a fragilisé les exploitations agricoles. « Les agriculteurs veulent vivre du fruit de leur travail. Il va falloir les soutenir et être à leur côté après la sécheresse de ces derniers mois » explique l’élu pontissalien. Et de poursuivre : « bien sûr que l’agriculture fait partie de l’activité économique d’un territoire. C’est une activité non délocalisable que l’on doit accompagner au même titre que toutes les autres ( artisanales, commerciales industrielles) ».

Une belle fête agricole

Avec l’organisation à venir des comices et du super comice à Pontarlier, le monde agricole sera mis à l’honneur. Les 9, 10 et 11 septembre, la « Coulée du Mont d’Or » lancera les festivités. Une belle fête familiale comme on les aime.  Au programme (en fonction des journées) : démonstration de levage de sangles, défilé de la confrérie du Mont d’Or , dégustation de Mont d’Or, exposition de tracteurs anciens, courses de tracteurs à pédale, mini ferme, concert … .  Pour de plus amples informations : www.ville-pontarlier.fr

L'interview de la rédaction / Bertrand Guinchard, l'élu en charge de l'économie à la ville de Pontarlier

 

C’est un évènement très attendu. Cette nouvelle édition devrait connaître un succès à la hauteur de la notoriété du produit qu’elle promotionne. Du 9 au 11 septembre, Pontarlier accueille une nouvelle fois encore la « Coulée du Mont d’Or ». Est-il utile de rappeler que cet évènement lance la commercialisation du célèbre et tant apprécié fromage du Haut-Doubs ?

Trois jours de fête

Les festivités débuteront vendredi 9 septembre à partir de 14h sur la place d’Arçon. Au programme : quizz par le Syndicat du Mont d’Or, mini ferme, démonstrations de sanglier, toboggan, trampoline et ateliers des bambins. Entre 16h et 20h, le groupe Pearl Larbour se produira également.

Les organisateurs resservent le couvert samedi de 10h à 22h et dimanche de 10h à 17h. Au programme (en fonction des journées) : démonstration de levage de sangles, défilé de la confrérie du Mont d’Or , dégustation de Mont d’Or, exposition de tracteurs anciens, courses de tracteurs à pédale, mini ferme, concert … .

Pour de plus amples informations : www.ville-pontarlier.fr

Face à la sécheresse et aux difficultés croissantes des exploitants agricoles du département du Doubs, la profession agricole organise ce jeudi 25 août une tournée départementale afin d’aller à la rencontre des professionnels de la terre. Les difficultés sont nombreuses : alimentation des animaux comme en plein hiver, diminution des stocks de fourrage, difficulté à s’approvisionner en eau, souffrance des animaux en cette période caniculaire, … . Plusieurs exploitations seront visitées sur l’intégralité du département.

Les effets de la sécheresse sont bien réels. Alors que le printemps et l’été ont été très chauds et secs, les cultures ont souffert. Ce mardi matin, au marché du centre-ville de Besançon, quelques clients ont rendu visite à leurs producteurs habituels de fruits et légumes. Malgré une légère augmentation des prix, les consommateurs ont fait leurs emplettes.

Il n’empêche que les récoltes ne sont pas au rendez-vous. « Les jeux sont faits » déplore ce professionnel, qui assure qu’il est néanmoins possible de trouver des produits de saison de qualité et à des prix abordables. Néanmoins, la quantité de certains légumes verts et plantes potagères est d’ores et déjà insuffisante. C’est le cas des aubergines, des poivrons, haricots verts et autres salades.

Tout le monde espère que la pluie tombera en quantité suffisante pour alimenter les sols et les réserves. Une obligation pour sauver ce qui peut encore l’être.

L'interview de la rédaction